Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

En fait, ce n'est pas des choux que l'on veut faire planter, mais des arbres tout au long du Canal du Midi, construit au XVIIe siècle par Pierre-Paul Riquet, sous le règne de Louis XIV, pour relier la Méditerranée à Toulouse la capitale du Languedoc, et de là vers la Mer océane à Bordeaux. Il fut dénommé canal royal en Languedoc. La Révolution de 1789 en fait le canal du Midi. On le connait aussi comme canal des Deux Mers. Il est classé par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

Il est géré par Voies navigables de France, un établissement public fort de 4 700 agents qui gère la majeure partie des voies navigables, sous la tutelle du ministère de l'Ecologie.

Seulement voilà, c'est la rigueur et la diminution des budgets publics. Et malheureusement, les platanes du canal du Midi sont attaqués par un ennemi mortel: le chancre coloré. Ce champignon se propage d'arbre en arbre et condamne chaque platane inexorablement. En effet, il n'existe aucun remède pour l'éradiquer.

Cette maladie est apparue avec le débarquement des caisses de munitions américaines sur les plages, lors du débarquement allié de Provence. Les autorités ne s'en sont souciées qu'à partir des années 1970. Depuis, c'est un véritable fléau qui ne cesse de s'étendre. Il faut donc abattre tous les platanes du canal du Midi. Mais pour ne pas défigurer l'oeuvre magistrale de Pierre Paul Riquet, il faut donc replanter d'autres espèces.

 

Sur les 42.000 platanes qui bordent le canal, 4.000 ont déjà été abattus par Voies navigables de France. Les 38.000 arbres encore debout, s’ils ne sont pas encore atteints par la maladie, le seront un jour. Ils n’échapperont pas à la tronçonneuse. A leur place, pousseront des arbres de différentes espèces, et pas seulement des platanes, afin de freiner la propagation des maladies : chênes, copalmes d’Orient, pacaniers… Cette immense opération d’abattage-replantation a un coût : 200 millions d’euros sur vingt ans.

Or l’Etat, propriétaire du canal du Midi et VNF ne veulent prendre en charge que le tiers de la somme (plan de rigueur oblige). Des discussions sont en cours pour que les collectivités territoriales s’acquittent du deuxième tiers.  Cela ne va pas être de la tarte, vu que ledit Etat baisse drastiquement le budget accordé aux dites collectivités.

Et pour le troisième tiers, il est fait appel à « des financements innovants ».   D’où un appel aux dons auprès des entreprises et des particuliers. Ceux-ci sont invités à faire un don minimum de 10 euros.

 

Après sans doute, on passera à la préservation d'autres monuments et ouvrages classés au patrimoine mondial de l'humanité.

Allez, à votre bon coeur, messieurs-dames! C'est pour la nature. C'est quand même gentil un arbre.

Après, promis, juré, on augmentera votre pouvoir d'achat. Mais avant, crachez donc au bassinet, vous les sujets de France et de Navarre.

Commenter cet article

sorcière and co 27/07/2013 20:12

il faudrait un peu de clarté dans les ,dépenses de nos impôts, en effet ceux ci augmentent mais le retour sur investissement lui diminue de jour en jour