Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  C'est le titre du livre de Laurent Mauduit, journaliste économique et cofondateur de Médiapart, paru aux édition Jean-Claude Gawsewitch. "Ecrit pour éclabousser, un objectif réussi", dit Rue89, car l'ouvrage critique le petit vase clos des économistes parisiens qui ne respirent que dans la capitale (pas l'air du peuple, note de ma pomme) et qui sont des habitués des médias

  Rue89 poursuit en affirmant que ce livre montre comment le monde de la finance "a réussi son OPA sur celui des économistes, tissant de nombreux liens avec ces derniers, et minant leur indépendance", tout en étant " une des raisons de la permanence de la pensée libérale et un accroc à la démocratie."

Un riche bestiaire des « imposteurs », dit Rue89:

  • l’expert, ou présenté comme tel, omniprésent sur les télévisions, qui dirige une société de Bourse pourtant sanctionnée à plusieurs reprises par l’Autorité des marchés financiers (AMF) (Marc Fiorentino, qui dirige Euroland Finance) ;
  • l’universitaire-businessman : membre du conseil scientifique de l’AMF, il est aussi membre du conseil de Vivéris Management, société d’investissement épinglée par la même Autorité... Il est administrateur de la Caisse des dépôts, du Crédit municipal de Paris, et président du conseil d’administration d’une banque d’affaires tunisienne, IM Bank... (Olivier Pastré) ;
  • l’économiste qui collectionne les jetons de présence dans les conseils d’administration ou de surveillance : Pages jaunes, EDF énergies nouvelles, Steria, etc. En 2010, il a touché, selon le calcul de Mauduit, 110 000 euros de jetons de présence, soit deux fois le salaire d’un prof en fin de carrière... (Elie Cohen) ;
  • l’économiste d’influence, touche-à-tout, conseillant indifféremment la droite et la gauche, pilier de la compagnie financière Edmond de Rothschild, participant à de très nombreux conseils dans la banque et l’assurance (Jean-Hervé Lorenzi) ;
  • le normalien brillant, essayiste à succès, pilier de l’école d’économie de Paris, qui, selon Mauduit, toucherait une rémunération située entre 1 et 2 millions d’euros par an pour ses conseils à la banque Lazard, notamment sur le traitement de la dette publique grecque (Daniel Cohen). Ce dernier dément la fourchette dans Le Nouvel Observateur : « Concernant mes rémunérations vous êtes dans un gros rapport de un à dix avec la réalité » ;
  • l’économiste ancré à gauche, que Mauduit vénérait jadis, et qui a fini par conseiller le ministre Eric Besson et même le « Centre Barilla [les spaghettis, oui] pour la nourriture et l’alimentation » (Jean-Paul Fitoussi).

Avec deux mentions spéciales: Alain Minc et Jacques Attali...

« Peut-on sereinement analyser les folies du monde quand on en est au pire un des agents, au mieux l’un de ses pions ? » s’interroge l’auteur du livre.

 

  Note de ma pomme: Tous jurent ne jamais mélanger leurs différentes casquettes, certains se défaussant en disant avoir besoin de rester en contact avec l’économie réelle, ce qui les incite à accepter des activités privées. (Pas mieux) Et donc de palper des enveloppes en conséquence, tout en prodiguant la plus dure des austérités dans les médias, non?

  Pour moraliser cette profession (un peu), l'École d'économie de Toulouse oblige ses professeurs à rendre publiques, sur leur blog (que ça?) leurs activités rémunérées dépassant les 5 000 euros (Pas moins?), touchés en plus de leur rémunération en tant qu'enseignants.

 

  Évidemment, pour l'instant, je n'ai pas lu le livre de Laurent Mauduit. Mais à entendre le choeur des vierges effarouchées qui ne le portent pas aux nues (c'est le moins qu'on puisse dire), je suis certain que cet ouvrage met en cause la déontologie des économistes et leur indépendance.

  Et vous, amis lecteurs, les noms cités ne vous rappellent-ils personne, tant ils fréquentent à longueur d'antenne la télé?

 

Commenter cet article