Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Capture d'écran sur le site LE GRAND SOIR

Capture d'écran sur le site LE GRAND SOIR

La référence à une divinité suprême n'est pas anodine de la part des journalistes aux ordres des riches et du capital, en conclusion du grand machin chose national. Ils n'ont de cesse d'encenser celui qui se prend pour Jupiter, le grand chef des dieux antiques.

Au même moment, ledit Jupiter Français fait voter à l'Assemblée nationale la privatisation d'Aéroports de Paris. Ce qui prouve que d'aucuns ont été appelés par le pouvoir à discuter sur les services publics pour ne rien décider au final.

Faut-il s'en étonner dans notre monarchie républicaine où la Constitution impose que seul le sommet de l'Etat décide sans rendre de comptes à personne. De ce fait, l'ex-banquier d'affaires, posé dans le palais de l'Elysée par le capital, les riches et quelques autres, poursuit son programme politique de destructions massives dans notre vie de chaque jour.

Pire, il aggrave la sauce, le privatisation d'Aéroports de Paris ne figurait pas dans son catalogue présidentiel pourtant des plus réactionnaires. Comme la Française des jeux, ou Engie ex-EDF-Suez ex-EDF nationalisée à la Libération,  n'étaient pas non plus gravées dans son programme.

Mais comme disent les serviteurs du capital, la France n'a pas pas un pognon dingue pour satisfaire la moindre des exigences du peuple: soupe à la grimace que nous ont servi en leur temps les sieurs Sarkozy et Hollande.

Pendant ce temps, entre 750 et 900 milliards d'euros s'envolent en évasion fiscale dans l'UE et hors de ses frontières, dont plus de 100 milliards pour la seule Gaule dans laquelle NOTRE Jupiter pourrit notre quotidien depuis mai 2017. Sans parler des cadeaux faramineux offerts au capital et aux actionnaires.

En d'autres temps, mais il ne faut pas en parler, la Constitution de 1793 disait ceci: "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

Mais chut, silence, le cri sourd des corbeaux est sur la plaine... Pour toujours?

Commenter cet article