Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

A l'initiative du président du conseil, le socialiste Guy Mollet, les députés adoptent le traité le 15 janvier 1957. En ce qui concerne les députés communistes, ils votent contre. La CGT s'oppose également à ce traité. Le 25 mars, la France, l'Italie, l'Allemagne fédérale, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg signent le traité dit de Rome.

Le pouvoir exécutif est confié au Conseil des ministres des pays membres. La mise au point de leurs diktats est déléguée à une Commission Européenne permanente, sise à Bruxelles.

Cela, c'est l'histoire et on mesure aujourd'hui où en est le capitalisme libre et non faussé en Europe.

Mais ce qu'on ne vous dit pas, Arte, dans un documentaire Dans les coulisses du traité de Rome, le dévoile. Les 6 ministres n'ont solennellement paraphé qu'une liasse de feuilles blanches. Comment ça?

La veille, les rédacteurs, épuisés, avaient laissé les feuillets épars sur le sol de leur bureau, se réservant de les assembler au matin. Entretemps, les femmes de ménage sont passées par là et ont jeté les feuilles volantes à la poubelle. Stupeur à la découverte du désastre. On court à la décharge mais on ne retrouve rien. On réécrit alors les premières et dernières feuilles du traité, celles qui seront signées, en intercalant une liasse de feuilles blanches.

Pendant toute la cérémonie, les officiels n'auront de cesse d'empêcher les journalistes de feuilleter l'épais registre au risque de découvrir la supercherie. Depuis, le Capital prospère. Et pour le combattre, encore faut-il une analyse de classe. Dès le début, la CGT s'était exprimée contre ce traité, considérant qu'il serait une grave atteinte à la souveraineté nationale et mettrait en oeuvre l'exploitation de tous les travailleurs européens tout en les opposant les uns aux autres à coups de moins disant social.

La Confédération européenne des syndicats, à laquelle adhère la CGT, est ô combien frileuse pour remettre en cause le capitalisme et ses structures politiques. C'est le moins que je puisse écrire. Et en collant à l'UE, elle freine, sinon qu'elle fait reculer, partout sur notre continent, le nécessaire combat pour la coopération internationale entre les peuples, dans l'indépendance et la souveraineté de chacun d'entre eux. Bêler l'Europe sociale à tout va n'éclaire en rien les esprits. Surtout, cela fait le lit des extrêmes droites européennes, en alimentant haines et tensions entre ces peuples qu'on n'écoute plus, tout en les éloignant toujours plus de vouloir s'émanciper du Capital.

Se battre contre la casse de la SNCF est urgent et nécessaire. Mais oublier de dire que cette casse est dictée par Bruxelles et le capitalisme, tout comme l'on été la loi el Khomri et les ordonnance Macron, ne participe pas à la clarté dans les esprits des citoyens.

25 mars 1957: signature à Rome du traité sur la création de la Communauté Economique Européenne, l'ancêtre de l'UE

Konrad Adenauer était chancelier de droite de l'Allemagne fédérale.à cette époque et président du parti dirigé actuellement par Angela Merkel, chancelière de la grande coalition gouvernementale droite-socialiste. Comme quoi...

Commenter cet article