Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Crash de ND-des-Landes mais pas seulement lui. Par contre, Vinci gagnant-gagnant

L'aéroport NDDL ne sera pas construit et je m'en félicite. C'était au départ un projet vieux d'une cinquantaine d'années dans le cadre des grands travaux publics. Lionel Jospin, premier ministre socialiste de la gauche plurielle, dont le ministre des Transports était Jean-Claude Gayssot pour le Pcf, l'avait réactivé. Dominique Voynet était en ce temps-là ministre de l'Ecologie pour les Verts. 1 600 hectares de cultures, de landes et de bois allaient donc être bétonnés à terme. En 2010, sous Nicolas Sarkozy, dans le cadre d'un partenariat privé-public(sic), le géant du BTP Vinci emportait la gagne. François Hollande président ne remettait rien en cause, son premier ministre étant Jean-Marc Ayrault, du même bord et maire de Nantes.

Le partenariat privé-public faisait donc la part belle au groupe Vinci déjà patron de l'aéroport de Nantes: 85% des parts du projet et donc énorme bénef en vue; si dénonciation du projet, grosse compensation financière à la clé.

D'un côté comme de l'autre, Vinci est donc gagnant. Et le contrat dénoncé, dans les tractations entre potes qui vont s'ouvrir, comme le pouvoir veut privatiser Aéroport de Paris, gageons que Vinci saisira la perche tendue.

Sur ce projet, devenu pharaonique et hors du temps, piétinant l'écologie, la vie et le labeur des hommes, faisant la part belle au capitalisme, la CGT était résolument contre, notamment les cheminots CGT dénonçant entre autre aberration la desserte privée de NDDL.

La CGT du 44 et le comité régional des Pays de la Loire, dans un communiqué commun, rappellent leur position:

Crash de ND-des-Landes mais pas seulement lui. Par contre, Vinci gagnant-gagnant

La droite (bonnet blanc) et le Parti socialiste (blanc bonnet) étaient favorables à NDDL. Ce qui est normal, quand on gère loyalement les affaires du capitalisme depuis toujours.

Côté Pcf, plus compliqué: Seules la fédération de Loire-Atlantique et la Place du Colonel Fabien à Paris étaient pour. Comme si JC Gayssot, aux Transports sous Lionel Jospin, mais qui depuis a viré carrément de bord, avait toujours ses entrées au siège national dudit Pcf. En Loire-Atlantique, comme dans les Pays de la Loire, les élus communistes levaient donc bien haut l'étendard du capitalisme de NDLL. Contrairement à leurs camarades de Vendée, de Mayenne, du Maine-et-Loire ou d'ailleurs.

Dans l'Humanité de ce jour, Aymeric Seassau, dirigeant départemental du PCf 44 et maire-adjoint à la mairie socialiste de Nantes, n'en finit pas de critiquer l'abandon du projet. Chacun appréciera...

Conclusion: un Pcf encore plus émietté, un géant du BTP gagnant sur tous les tableaux et de nombreuses et brûlantes questions sur la ZAD et ses populations.

Dans son boulot à venir, le Pcf se dit prêt à aller vers les "classes populaires". Comme à Notre-Dame-des-Landes?

Commenter cet article