Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L’OTAN, pour Organisation du traité de l’Atlantique Nord, tient en ce moment à Varsovie sa réunion des chefs d'états et de gouvernements la composant, dont François Hollande pour la France et Alexis Tsipras pour la Grèce. Il y a aussi, dans cette réunion du bras armé de l'impérialisme américain, la très démocratrique Turquie jouant au chat et à la souris en Syrie et en Irak, c'est le moins que je puisse écrire.

Je passe rapidement sur la Grèce dirigée par Syriza, parti dit de la gauche radicale, qui tient à rester membre de l'OTAN. Il faut dire que la dite gauche radicale grecque, pour avoir la majorité à l'Assemblée nationale, gouverne avec le pendant de droite français Debout la France, dont le patron est le ministre grec de la guerre. Chaque pays est souverain dans ses choix politiques de gouvernement. Mais quelle est donc la position commune du Parti de la gauche européenne, dirigée par le communiste français Pierre Laurent, au sujet de l'OTAN? Quand on sait que le Pcf et Syriza appartiennent à la même formation européenne, qu'en dites-vous Jean-Jacques Candelier, député Pcf-Fg du Nord, qui avait signé une tribune pour la sortie de la France de l'Otan à laquelle je souscrit pleinement?

Vous écrivez à juste titre que l'opération militaire de l'Otan, "au nom révélateur d’ «Anaconda» évoque une stratégie d’encerclement de la Russie à l’instar du serpent qui s’enroule autour de ses victimes pour les étouffer".  Vous poursuivez en déclarant que l'Otan, lors de ce sommet de Varsovie, va "décider de mettre en place quatre bataillons de combat de 1 000 soldats dotés d’équipements permanents aux frontières de la Russie. C’est le retour de la vieille doctrine des années 1920 dite du cordon sanitaire et dont la Pologne des Colonels fut  l’un des principaux acteurs avec l’impérialisme français." Vous oubliez de préciser que la France fera partie de la protection aérienne de ces troupes au sol, comme elle protègera le bouclier anti-missiles installé à la frontière de la Russie et "éventuellement destiné à permettre une première frappe nucléaire sur ce pays", Ce que vous condamnez à juste raison.

Vous et moi, monsieur le député, j'en suis persuadé, n'aimons pas la Russie de Poutine. Pour autant, je vous soutiens lorsque vous écrivez que "Il est urgent de dire « stop » à cette escalade nucléaire dangereuse pour l’avenir de l’humanité. La France doit faire entendre sa voix et dénoncer les provocations qui font peser un risque important pour l’avenir de notre continent."

Oui, monsieur le député, toujours en vous citant, "l’escalade de la course à l’armement crée les conditions d’une guerre généralisée en Europe, au détriment des peuples. A l’heure où les besoins fondamentaux des peuples ne sont pas entendus par les gouvernements qui appliquent avec zèle les politiques d’austérité dictées par l’UE, il est inconcevable de s’engager dans de nouvelles interventions impérialistes au service de la domination américaine." Et toujours oui lorsque vous affirmez que "l’OTAN (...) n’est qu’un traité de vassalisation opérationnel, politique et matériel à l’impérialisme américain."

En effet concernant la France, le pouvoir socialiste, comme la droite auparavant, applique avec zèle les politiques réactionnaires édictées par l'UE capitaliste. Et les lois Macron et el Khomri, passées en force par le 49-3 à l'Assemblée nationnale, démontrent dans quel déni de démocratie nous entraîne toujours plus notre appartenance à l'UE.

Pour ma part, fidèle à mon engagements progressiste et internationaliste, je milite pour quitter carrément l'UE, tout en développant avec les peuples de ce contiment une politique de paix et de solidarité. Ce n'est pas la postion actuellement du Pcf. Mais quelle est la vôtre monsieur le député Jean-Jacques Candelier?

Alexis Tsipras et le leader du parti de droite des Grecs Indépendants, Panos Kammenos, respectivement premier ministre et ministre de la guerre du gouvernement grec.

Commenter cet article