Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Rien que pour sa pomme et ses 70 invités triés sur le volet. 3 jours dans un parc d'attraction rien que pour lui.

Ouest-France le raconte ainsi. Extraits:

 En fin de semaine dernière le prince saoudien Fahad Al Saud a passé trois jours à Disneyland Paris pour un événement privé exceptionnel. 70 invités ont participé à ces festivités qui auraient coûté plusieurs millions d’euros.

Privatiser le parc Disneyland Paris pour un mariage, une soirée ou un anniversaire, c’est le rêve de beaucoup de monde. Pour certains, c’est presque leur quotidien.

Le prince Fahad Al Saud, fils du défunt prince héritier d’Arabie Saoudite, Nayef ben Abdel Aziz est un fan de Disney. Un mordu même. Au point de réserver le parc pour lui, ses invités et de commander des spectacles inédits

Cette année, il a même effectué une véritable tournée privée baptisée « Disney dreamers everywhere ». Après Honk-Kong, Tokyo, la Californie et Orlando, le prince a posé ses valises à Marne-la-Vallée pour trois jours en fin de semaine dernière en compagnie de ses 70 invités logés au Disneyland Hotel

Force est de constater que les méthodes et la démesure des investissements posent question. Théoriquement, pour les événements privés, Disneyland Paris n’ouvre ses portes qu’à partir de 21h, une fois que les clients ont quitté Marne-la-Vallée.

Sauf qu’on ne peut rien refuser au prince et à ses millions. Après un premier spectacle « spécial 20e anniversaire », le 22 mai au soir, c’est à 6h le jeudi que l’héritier saoudien et ses convives ont été réveillés par Mickey, direction une Main Street revisitée.

« Main Street est transformée en quartier parisien, avec ses cocardes bleu, blanc, rouge, ses badauds et ses artistes », relate un participant. Picsou, Dingo, Mickey, Minnie, Tic et Tac, etc., mais aussi danseurs et figurants jouent la comédie parisienne pour les heureux invités et le prince béat.

Toutes ces petites animations sont ponctuées de séances photos en compagnie des personnages qui doivent jouer le jeu dès potron-minet.

Recrutement spécifique.

Fleurs, bonbons, viennoiseries, journaux, costumes neufs et même des personnages créés uniquement pour cette occasion, comme Jessica Rabbit. « Tout doit être parfait », témoigne l’une des artistes recrutées spécifiquement pour cet événement. Elle évoque sous couvert d’anonymat, l’allégeance dont les artistes doivent faire preuve envers cet invité exceptionnel.

Aux côtés des personnages Disney qui assurent quotidiennement l’animation des parades et spectacles du Parc, quelque 80 danseurs ont été recrutés uniquement pour ces trois jours.

Combien ça coûte ?

Les spectacles sont même filmés comme au cinéma afin que le prince Al Saud puisse revoir ces créations. Oui, car ce sont bien « les » créations du prince. « Il écrit ses spectacles, envoie le scénario à Disney qui indique ce qui est réalisable et renvoie le projet pour corrections », explique un artiste.

Mais combien cela coûte-t-il ? En 2012, il avait déjà déboursé 800 000 € pour une journée, cette année, plusieurs sources parlent de 14 millions d’euros pour les trois jours. Une aubaine pour Disney. Pas pour les artistes et personnages qui, eux, ont reçu de cachets ordinaires, malgré des répétitions de nuit et les exigences de l’invité. Dans les coulisses de Disney, il se dit même que le prince aurait déjà exigé de faire un voyage avec Mickey et Minnie dans son jet privé…

 

Sans aucun commentaire de ma part, vu que l'Arabie Saoudite, une démocratie très avancée, est notre amie et notre alliée. Et je ne voudrais pas froisser par des propos inconsidérés notre très élégant ministre des Affaires étrangère Laurent Fabius et le roi François II.

Je vais toutefois imager ma chronique. A vous de la reconvertir en made in Arabie Saoudite:

Commenter cet article

S
je préfère le conte des mille et une nuit, au moins c'était poétique, l'argent dépensé ici a une odeur de sueur et de sang de ceux qui bossent pour pour que ces milliardaires se vautrent dans le n'importe quoi
Répondre