Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Une formidable claque pour David Cameron, le chef du gouvernement britannique qui prônait la guerre contre la Syrie, aux côtés de ses bons amis démocrates que sont Barack Obama et François Hollande.

En Europe et dans le monde, la Grande-Bretagne est en toute chose toujours dans les basques des USA. Mais hier soir, par 285 voix contre 272, les députés britanniques ont rejeté le projet guerrier de frappes "punitives" contre la Syrie après un débat public de 7 heures.

De ce fait, David Cameron, extrêmement déçu, n'a pu que conclure:

« Il est très clair que le Parlement britannique, reflétant les vues du peuple, ne veut pas d’action militaire britannique. Je comprends cela et le gouvernement agira en conséquence »

Oui, malgré David Cameron premier ministre et va-t-en guerre des plus virulents, un chef de gouvernement doit avoir l'aval du Parlement britannique après un vrai débat public. C'est écrit comme ça dans la Constitution.
 
En France, sous la 5e République, tout locataire de l'Elysée peut engager une opération militaire dans un pays étranger de son propre chef. Et lorsque les armées françaises sont déjà engagées au combat, il peut réunir le Parlement, mais sans qu'il n'y ait vote de celui-ci.
Ainsi, l'Assemblée nationale est convoquée mercredi prochain. Et comme l'a claironnée Najat Vallaud-Belkacem, ministre de la propagande de François II, les députés ne voteront pas.
 
En 1793, la Révolution française avait étêté monsieur Veto, Louis XVI en personne. Etant toujours partisan de l'abolition de la peine de mort, très loin de moi l'idée de ressortir la guillotine des oubliettes.
Pour autant, le pouvoir législatif n'a aucune espèce de pouvoir en France devant l'exécutif. Et ça, citoyens, la France révolutionnaire n'en a pas voulu.
 
Mais aujourd'hui, depuis que le général de Gaulle a imposé la 5e constitution de son histoire à notre pays en 1958, le président de la République n'est responsable devant personne, si ce n'est face à sa conscience dont il se fiche comme de sa première paire de chaussettes. Un vrai monarque absolu de droit divin, quoi.
Et il est vrai que le changement de constitution n'était aucunement dans les promesses de François Hollande. CQFD.

Commenter cet article

S
la grande bretagne ne brille pas par sa position à gauche, il n'empêche que respecter la position du parlement est tout à fait louable ( et normal ) ce qui l'est moins c'est qu'un socialiste ne fasse pas voter les députés en france sur cette question si importante de la syrie
Répondre