Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Oui, dès ce dimanche et poursuivons les jours d'après. Le vote xénophobe et pro-patronal n'a que trop duré dans la patrie de la Révolution française et du drapeau tricolore. La gauche révolutionnaire le sait: à chaque crise profonde, l'extrême droite a été le chien de garde du capitalisme, quitte à prendre le pouvoir avec son soutien et son fric, pour lui redonner par la suite.

  Oui, l'extrême droite pue aussi le fric. Jean Marine Le Pen, qui s'auto-proclame "candidate des catégories populaires", se la coule douce, bien au chaud dans un hôtel particulier, dans les Hauts-de-Seine, à Saint-Cloud exactement. Oui, le département et la ville chers à Nicolas Sarkozy, comme quoi...

 

  Attention, cette belle existence dans un château et tout le reste qui va avec, la candidate du Fn ne les a pas volés.

  C'est une gentille fée qui a touché, de sa baguette magique, la tête de son géniteur. Un héritage qu'il a fait l'ancien marchand de disques nazis, mais pas de sa famille, non, de l'héritier des cimenteries Lambert en 1976.

  "Mieux vaut hériter de bons chromosomes conduisant à la richesse, plutôt que de faibles chromosomes qui vous font perdre le magot légué", écrivait-il dans Droite et démocratie économique en 1978. Et comme il en a de bons, avec la douce providence (on n'y croit ou n'y croit pas), le legs ne pouvait que prospérer: des cimenteries, une carrière à Cormeilles-en Parisis, une propriété dans le parc de Montretout à St-Cloud, plus un immeuble rue du Cirque dans le non moins huppé 8e arrondissement de Paris. A combien se monte l'ISF par rapport à ce beau magot, aujourd'hui? Chut, secret fiscal, même si l'on n'est pas en Suisse...

 

  Dans les carrières du Val-d'Oise s'escrimaient des Asiatiques, des Polonais, des Espagnols, des Italiens et des Maghrébins, que de l'immigré quoi. Dans mon Languedoc natal, un grand propriétaire de vignes, de l'Action française, l'extrême droite de l'époque, notait dans son carnet en 1935: "il vaut mieux embaucher des espagnols, ils sont durs à la tâche, vivent de peu et on les paye moins."

 

 Oui, combattre l'extrême droite et pas seulement la dénoncer ou s'en indigner dans quelque débat courtois. Dimanche, il faut mettre le bon bulletin de vote dans l'urne. Il doit être rouge comme le sang de l'ouvrier, avec le drapeau tricolore de la Révolution française, de la Résistance et des "jours heureux" du programme du CNR. Et attention, abstention, piège à cons.

  Et puis, il faudra recommencer la lutte, sans se bercer d'illusions et ne compter que sur l'action. Parce que le ravissement ou l'attentisme, c'est aussi un piège à cons.

 

Hebergeur d'image

Commenter cet article

sorcière and co 20/04/2012 10:11

bravo roger, ton article est un pur moment de clarté et de bonheur, j'ai tout compris et dimanche je voterai front de gauche pour melenchon