Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Oui, même dans le foot-bal, l'extrême droite y va baïonnette au canon. Dans la démagogie la plus pure, le Fn récupère le petit poucet de l'US Quevilly (le peuple quoi), qui, samedi, jouera la finale de la coupe de France contre l'ogre (le méchant et le richard), l'Olympique Lyonnais. 

  Dire que le fric roi gangrène l'éthique sportive du foot, le sport le plus populaire de la planète, est bien sûr pure vérité. Mais se présenter en défenseur du foot au service du peuple, de la part du Fn, c'est faire tourner le miroir aux alouettes pour faire venir dans sa besace les classes populaires et ravir un jour le pouvoir à la démocratie.

 

  Bon, le parti de la famille Le Pen avait fait déjà le coup lorsque Calais était parvenu en finale de la coupe de France. "La France réelle, c'est la petite équipe de Calais qui met en échec les grands clubs mercenaires multicolores", disait en son temps, Jean-Yves le Gallou, théoricien de la "préférence nationale" au Fn, en 2000. Mais le naturel revenait au galop, lorsque l'équipe nationale échouait au niveau international: "c'est parce que elle est trop métissée et pas assez patriote", prétendant le chef du Fn...

 

  Mercredi,  pour exploiter la réelle veine populaire qui draine le foot français, par la voix de Jacques Gaillard, candidat du Fn aux législatives dans la circonscription de Quevilly, il disait: «Loin du football business et des salaires indécents, les joueurs de Quevilly, entourés de dizaines de bénévoles, démontrent que les petits clubs peuvent faire jeu égal, voir être victorieux face aux multinationales du football français, bien souvent financées par des intérêts étrangers ! »

 

  Le bénévolat, voilà une idée qu'elle est bonne dans le sport français et qu'il faut défendre. Sauf qu'à Mantes-la-Jolie (et sans doute ailleurs), en plein la cité du Val Fourré, j'ai été longtemps l'un des dirigeants bénévoles du club de rugby local. Et je n'y ai jamais vu un militant frontiste parmi les bénévoles qui éduque au sport les gosses d'une cité minée par le chômage et la désespérance. Même pas à l'occasion d'échéances électorales pour parler du sport pour le peuple, c'est dire.

 

  Enfin, je ne suis pas footeux, mais j'ai consulté la liste des joueurs de l'US Quevilly. Certains s'appellent Zanké Piarra, Cédric Vanoukia, Abdel Ouahbi, Karim Herouat, Jean-Michel Ferreira... Merde alors, n'en déplaise à la peste brune, sans la mondialisation, l'US Quevilly aurait-elle la même gueule?

 

  Le mot de la fin est pour le gardien: Issa Coulibaly. Dans le Parisien du 27 avril, il déclare:"J'ai un petit faible pour Hollande, mais j'ai cautionné aussi les idées de Mélenchon. La montée du Front national est inquiétante..."

  Bon, peut-être que le candidat frontiste à Petit-quevilly va se fendre d'un deuxième communiqué xénophobe, non?

 

Tiens, puisque beaucoup frétillent (comme des poissons dans l'eau pure) dans la période pétainiste en ce moment. l'Affiche rouge placardée par les nazis durant l'Occupation:

L'affiche rouge : sur un fond rouge, un grand triangle comme une flèche vers le bas désigne des photos de sabotage. Ce triangle est est percé de dix photos dans des cercles, portraits des résistants avec leur mention d'origine : juif polonais, italien, espagnol rouge... A la pointe de la flèche, Manouchian, chef de bande, arménien. En haut de l'affiche, le texte : DES LIBÉRATEURS ? Et en bas : LA LIBÉRATION PAR L'ARMÉE DU CRIME !

   Et les noms de ces Résistants que Pétain et Hitler présentaient comme une "armée du crime": Fingercwajg, juif polonais, 3 attentats, 5 déraillements ; Boczow, juif hongrois, chef dérailleur, 20 attentats; Witchitz, juif polonais, 15 attentats; Wajsbrot, juif polonais, 1 attentat, 3 déraillements, Elek, juif hongrois, 8 déraillements, Grzywacz, juif polonais, 2 attentats, Fontanot, communiste italien, 12 attentats; Rayman, juif polonais, 13 attentats; Alfonso, Espagnol rouge, 7 attentats; Manouchian. Arménien, chef de la bande, 56 attentats, 150 morts, 600 blessés.

 

  Bon, ce n'était pas du foot, c'était la Deuxième Guerre mondiale, dans laquelle l'extrême droite française combattit contre la Résistance et les FFL du général De Gaulle.

 

  Ps: Bien évidemment tous mes voeux vont aux amateurs de l'US Quevilly dans cette finale de samedi. Mais pour des raisons d'éthique et pas pour de la politique politicienne.

 

Commenter cet article