Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Et pas de feu d'artifice pour le 20e anniversaire de son trépas? Pourtant, après la proclamation d'indépendance des républiques soviétiques, le 8 décembre 1991, les présidents de Russie, de Béliorussie et d'Ukraine entérine la fin de l'URSS.

     C'est l'épilogue de 74 années qui ont ébranlé le monde, par la Révolution bolchévique de 1917, ensuite par un formidable espoir d'une société meilleure pour tous et chacun. En effet, en octobre 1917, devait débuter le commencement de la fin du capitalisme. Or, comme le chanta Jean Ferrat, cela devint un "zoo" dans lequel les apparatchiks remplacèrent les tsars.

 

      Lorsque Gorbatchev prend le pouvoir, n'est-il pas trop tard pour réformer la deuxième puissance mondiale?

     Des intellectuels, des chercheurs, des cadres de l'économie soviétique avaient travaillé sur un rapport secret sur l'état de l'Union soviétique. ils en avaient avisé Gorbatchev. Celui-ci fait libérer les dissidents, ferme les goulags, instaure le pluralisme politique; des exilés recouvrent la nationalité soviétique. Mais les conclusions du rapport dit de Novossibirk sont catastrophiques: retards faramineux de la production par rapport aux pays industrialisés, importation massive de blé pour nourrir la population alors que l'URSS est le premier producteur mondial, alcoolisme et mortalité infantile entraînant une crise démographique et de santé publique; conditions de vie déplorables des soviétiques; corruption à tous les niveaux. Face à cela, des apparatchiks du parti communiste divisés: une vieille garde opposée à toute réforme; d'autres pour un nouveau état socialiste, les derniers écoutant le chant libéral de l'Ouest et du profit capitaliste. Tout ce magma au milieu d'une société en pleine déliquescence, sans projet d'avenir, quel que soit le niveau social ou la génération.

     On connaît la suite: les valses hésitations de Gorbatchev, sa stratégie et ses alliances changeantes incomprises même par ses amis; Boris Elstine, élu président de la Russie au premier tour après avoir quitté le PC; le coup d'Etat fomenté par des ministres de Gorbatchev, dont celui du Kgb, des Affaires intérieures et de la Défense; le silence du PC; les Moscovites descendant dans la rue et fraternisant avec la troupe; l'avortement du coup d'état et la fin de l'URSS.

 

     Mais, comme on avait célébré l'anniversaire de la chute du Mur de Berlin, pourquoi n'avoir pas attaché autant d'importance au 20e anniversaire de la disparition de l'URSS? Pourtant, décembre 1991 ne marquait-il pas pas la fin de l'histoire et le triomphe du capitalisme sur terre pour les siècles des siècles?

     Pour ce faire, la Russie reçut des millions de dollars en dons ou en prêts de la Banque mondiale, de la Banque européenne de développement et de reconstruction et de divers gouvernements pour le passage au privé et au libre marché. Des groupes internationaux s'installèrent , avec armes et bagages, dans l'ex-pays des soviets et ils y sont toujours.

     Or, 20 ans après, le système soviétique autoritaire et tous les crimes et toutes les tragédies qu'il a engendrés n'existent plus. Mais, pour autant, la société russe connaît-elle la prospérité, la paix et la liberté?

     Ce sont les associations caritatives russes, palliant aux insuffisances infinies de l'Etat libéral, qui donnent une réponse: mortalité des adultes revenue au temps des tsars; 4 à 5 millions de personnes (près de 6% de la population) sans abri; 21, 1 millions d'autres survivant sous le seuil de pauvreté avec 5 euros par jour; des retraités avec à peine 180 euros, les chômeurs avec 115 euros, corruption et mafia gangrenant le pays... Par contre, la Russie compte 101 milliardaires pas en roubles mais en dollars, dont le Pdg de France-Soir, et des centaines de millionnaires en billets également verts: le fruit de leur seul travail?

     Les dernières élections législatives ont été honteusement truquées sous le sceau d'un pouvoir despotique, dont les dirigeants sont reçus à bras ouverts dans le monde, notamment par les USA et l'Union européenne.

 

     Oui, pourquoi ne pas avoir célébré avec faste le 20e anniversaire du capitalisme triomphant en Russie?

Commenter cet article