Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Avec tambours et trompettes, Florence Parly, transfuge du PS passée à la Macronie comme ministre de la Défense, avait été immortalisée en paraphant avec l'Australie un contrat d'armement. A la clé 56 milliards d'euros pour fournir aux Australiens 12 sous-maris gaulois à propulsion nucléaire.

Cocorico, s'étaient enflammés le maître des horloges de l'Elysée et son ministre des affaires étrangères du patronat français, Jean-Luc Le Drian, autre transfuge du PS passé chez un ex-banquier d'affaires. C'était le 11 février 2019.

Et puis patatras, l'Australie vient de rompre illico-presto ledit "contrat du siècle". Fini le nucléaire à la française, bonjour à celui de la Libre Amérique associe à son allié de toujours: le Royaume-Uni. Notons au passage que France, USA et Grand-Bretagne sont d'indifectibles alliés au sein de l'alliance impérialo-militaire qui a pour nom l'Otan. Mais business is business et les USA de Trump, pardon de Biden, sont les chefs de l'Otan et du billet vert de par le monde. Alors couic au "contrat du siècle"!

Du coup, les autorités françaises ont annulé la soirée de gala prévue vendredi à la résidence de l'ambassadeur de France dans la capitale américaine. Cela devait célébrer l'anniversaire d'une bataille navale lors de la guerre d'indépendance des Etats-Unis, une victoire de la flotte française sur la flotte britannique, le 5 septembre 1781. Na!

En attendant, vous avez toujours bien le bonjour de Joe Biden:

Le contrat dit "du siècle" touché-coulé par les USA

Commenter cet article