Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Allez, un dernier coup! Parce que la route vers la démocratie est longue en France

Et en tout cas, selon les médias, Valérie Pécresse (Île-de-France), Xavier Bertrand (Hauts-de-France) et Laurent Vauquiez (Mi-bas-de-Frrance, pardon Auvergne-Rhône-Alpes) ont été brillamment réélus dans leurs pantoufles de droite. Et ils candidatent pour remplacer Macron, de droite, dans son palais de l'Elysée.

Au fait, je parie que personne ne vous a informé sur le mode de scrutin démocratique institué pour les élections régionales.

Au premier tour, la liste, qui recueille la majorité absolue des suffrages exprimés, reçoit un quart des sièges à pourvoir, arrondi à l’entier supérieur (art. 338 du code électoral). Les autres sièges sont répartis à la proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne entre les listes ayant obtenu plus de 5% des suffrages exprimés. Vous n'avez rien pigé? Peu importe, ce n'est pas demain la veille qu'une liste obtiendrait la majorité absolue des exprimés.

Sinon, au deuxième tour, seules sont autorisées à se présenter les listes avec plus de 10% des exprimés au premier tour. Par ailleurs, une liste avec plus de 5% des exprimés peut fusionner avec une liste ayant obtenu plus de 10%. Ben oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!

Et la répartition des sièges au deuxième tour dans notre République qui, selon la Constitution, est démocratique et sociale? Attention, accrochez-vous bien!

La répartition des sièges se fait selon les mêmes règles qu’au premier tour. La liste en tête bénéficie d’une prime majoritaire et reçoit un quart des sièges à pourvoir, arrondi à l’entier supérieur. Le restant des sièges est réparti à la proportionnelle, y compris pour la liste arrivée en tête, encore faut-il que les autres listes aient recueilli plus de 5% des exprimés.

Vous vous êtes endormis avec tous ces calculs politiciens? Bon, n'ayez crainte, on vous réveillera dans 6 ans pour cette belle leçon de scrutin hautement proportionnel et de ce fait grandement démocratique. Peut-être...

Car dans notre France, toujours sociale et démocratique, notre roi élu, avec 6,7% du corps électoral, lors de ce scrutin régional, veut rallonger le départ à la retraite à 64 ans et détruire le reste. Ce qui n'était même pas dans son programme de campagne:"Les spécificités de certains régimes ne disparaîtront pas. Les règles de base seront les mêmes pour tous, mais les taux de cotisation ou les conditions d'âge pourront différer, en raison notamment des caractéristiques des métiers. Il y aura toujours un âge légal de la retraite à partir duquel on pourra liquider ses droits. Il restera à 62 ans. Mais ceux qui le souhaitent pourront choisir de travailler plus longtemps afin d'améliorer leur pension."

sources:https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/retraites

Bon, Emmanuel Macron est chef-commis du capital ou il ne l'est pas!

Commenter cet article