Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Chasuble blanche au logo de la CGT, Claire, 29 ans, au chômage, n'avait rien d'un de ces black blocs contre lesquels les renseignements de la police d'un pays parmi les plus puissants au monde ne peuvent rien. Non, Claire était parfaitement identifiable sous la bannière de la CGT.

« On lui reproche notamment de ne pas s’être dispersée à la fin de la manifestation. Son interpellation a été violente, elle a des ecchymoses. Ces 48 heures de garde à vue ne sont pas justifiées, ils auraient pu la reconvoquer après ! Il y a une volonté de criminaliser les manifestants », affirme son avocate Lucie Simon, dans l'Humanité de ce mercredi.

Le journal a consulté des vidéos de cette violente interpellation. Il écrit: "La jeune femme est effectivement traînée sur plusieurs mètres, place de la République, par des policiers aux brassards rouges. Sur une seconde vidéo, un peu plus tard, elle consulte son téléphone assise sur un trottoir au pied d’un policier, quand celui-ci tente brusquement de le lui arracher des mains. Quatre gendarmes arrivent alors et la plaquent au sol malgré ses cris pour la menotter avec un Serflex, avant qu’ils ne le lui enlèvent quelques secondes plus tard."

Placée en garde à vue 48 heures, maxi autorisé pour "faits de rébellion et de participation à un attroupement", Claire a ensuite enchaîné avec une nuit au dépôt du tribunal de Paris, avant d’être présentée en comparution immédiate, mardi après-midi. Lors de cette "instance de justice", un policier s'est constitué partie civile en affirmant que Claire lui a donné des coups de pied. Claire sera jugée le 5 janvier prochain au nom du Peuple français.

3 jours privée de liberté, Claire, dans la patrie des droits de l'Homme et du Citoyen, pour défendre son pain quotidien que la mauvaise société capitaliste lui prive d'avoir, Pour elle et ses deux enfants.

Vendredi, un jour avant la manif,  un décret macronien au Journal officiel permet le fichage de celles et ceux pour "leur appartenance syndicale". De la théorie à la pratique donc.

Allez, "Liberté, Liberté chérie", c'est toujours dans la Marseillaise. Mais c'est tellement vieux qu'on l'oublie. Non?

Alors, cette capture(sic) d'écran:

Claire, de la CGT-Chômeurs, manif à Paris du 5 décembre dernier: interpellée et libérée après 4 jours

Commenter cet article