Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Combien de soignants malades du covid-19? Combien en sont morts?

A ce jour, silence assourdissant  du palais de l'Elysée et du ministère de la Santé. Mais la CGT Santé a procédé à une vaste enquête: pour l'heure, au moins 12 000 soignants auraient été contaminés.

La consultation syndicale a mesuré les dégâts pour 550 000 soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et établissements sociaux. Quant l'école et les entreprises disposeront de masques dès le 11 mai prochain -et encore faut-il que ceci soit vrai-, au 27 avril dans les zones dites rouges, un tiers des soignants n'en a pas suffisamment, un autre tiers ne dispose que de masques chirurgicaux non adaptés, précise la CGT des médecins et cadres hospitaliers.

Une sage-femme, délégué CGT à l'AP-HP, confirme que le nombre de soignants décédés est passé de 1 à 10 entre le 6 et le 27 avril 2020.

Diverses plaintes ont été déposées pour mise en danger de la vie d'autrui contre le ministère de la Santé et des directions locales d'établissements.

La veuve du docteur Eric Loupiac*, mort du covid-19 à 60 ans, compte déposer plainte nommément contre le dirlo de l'hôpital de Lons-le-Saunier, le dirlo de l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté, et contre Agnès Buzyn et Olivier Véran, ex et actuel ministre de la Santé. Son mari ne disposait pas de masque FFP2  pour des gardes de 24 heures au contact de malades contaminés.

Le personnel soignant n'est toujours pas testé, avec ou sans symptômes. Olivier Véran, chambellan de l'Elysée en charge de la Santé, réfute ce dépistage régulier en raison du manque de tests. Attend-t-il que la grande distribution vende des tests à profusion en tête de gondoles?

Le capital compte toujours ses profits, nous comptons nos morts parmi nos concitoyens, notamment parmi le personnel soignant.

Applaudissez à 20 heures chaque jour, nous implorent Bfmtv et consorts pour que rien ne change!

* Eric Loupiac, médecin urgentiste, était syndiqué à la CGT et défendait le service public mis à mal à l'hôpital de Lons-le-Saunier, ville chef-lieu du département du Jura.

Commenter cet article