Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Deux éboueurs de la mairie de Paris, syndiqués CGT, mis à la retraite d'office.

Ils viennent d'être ainsi sanctionnés disciplinairement par la mairie socialiste de Paris. Dans le cadre d'une opération coup de poing contre le parti au pouvoir à Paris, ils avaient récupéré une benne à ordures pour la déverser devant le siège national des Macroniens.

Or, tracés par une puce de géolocalisation, les conducteurs avaient été rapidement interceptés par la police, mis en joue et arrêtés. Avec la CGT, ils ont décidé de formuler un recours gracieux auprès d’Anne Hidalgo.

Jean-Jacques Picot, éboueur de 56 ans et son camarade, Christian Garnier, 58 ans, ont été donc mis à la retraite d’office.

Une première sanction judiciaire tombe en juillet. Le procureur propose d’éviter le procès s’ils plaident coupable. Ils acceptent, chacun écope de 70 heures de travaux d’intérêts généraux. La peine est jugée « mesurée » par la CGT, les magistrats ayant replacé l’action dans le contexte du mouvement social.

Mais la ville de Paris convoque un conseil de discipline, formé par des représentants syndicaux et des administrateurs municipaux, le débat a porté sur la révocation directe des deux hommes. Faute d’accord, la décision revenait à la secrétaire générale de la ville. Qui tranche : mise à la retraite d’office.  Dixit le journal Politis.

Anne Hidalgo, maire PS de Paris, dispose de deux mois pour se prononcer suite au recours gracieux déposé. « La maire s’était déclarée en faveur du mouvement contre la casse du service public », soutient la CGT. 

Jean-Jacques Picot, sanctionné, explique : « Ma retraite sera de 700 euros par mois, ça couvre à peine mon loyer… C’est une mise à mort. »


Commenter cet article