Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Je pousse peut-être le bouchon un peu loin me direz-vous. Mais un décret, paru en toute discrétion le 31 décembre 2017 au Journal officiel, autorise depuis le 1er janvier 2018 les agents de sécurité privée à porter une arme dans certaines circonstances. Agents de sécurité privée qui officient à l’entrée des centres commerciaux, des salles de spectacles, des musées, des sièges des grandes entreprises, etc.

C'est en application de la loi sur la sécurité publique du 1er mars 2017, prise par la drauche de Hollande-Valls et du Parti socialiste au gouvernement. Et tout naturellement, le pouvoir de droite et de droite de Macron l'a mise en application.

Avant ce décret, le port d’arme de poing pour les agents de sécurité privée était limité à certains professionnels, comme les transporteurs de fonds ou de valeurs. Désormais, ce n'est plus vrai.

Les agents de protection rapprochée peuvent être armés quand ils « assurent la protection d’une personne exposée à des risques exceptionnels », précise le décret. De plus, si leur mission les expose à un risque « exceptionnel d’atteinte à leur vie », les agents de sécurité privée pourront être dotés d’armes de poing (armes à feu à canon court telles qu’un pistolet ou revolver), sous réserve d’autorisation préfectorale et d’un important volet formation(sic). En d’autres circonstances, ils pourront utiliser les armes non létales suivantes : matraques, générateurs d’aérosol incapacitants ou lacrymogènes. 

Le Syndicat national des entreprises de sécurité privée se félicite de la promulgation de ce décret: « Cette évolution réglementaire marque un changement culturel et politique extrêmement significatif pour la sécurité privée". Ben voyons!

Cela va permettre d'embaucher plus d'agents payés au lance-pierres dans cette profession, sans contrainte horaire ou si peu et sans cdi à la clé. Dans le même temps, en effectuant des métiers régaliens et régulés par la loi, le pouvoir de droite et de droite aura toute latitude pour réduire la voilure parmi les fonctionnaires de l'ordre public.

Question sécurité, dans le Mantois, le maire DVG de Magnanville, avec des adjoints cocos dans sa majorité municipale,  a embauché pour 3 mois un agent de sécurité privée qui circule la nuit dans sa commune avec une voiture à cet effet. Ledit maire avoue dans la presse régionale: "Ca peut choquer, certains maires me l’ont dit. A un moment donné, les questions de sécurité ne sont pas réservées qu’au service public et aux collectivités." Non, sans blââgue!

Comme ça grognait grave du côté du syndicat des policiers municipaux, le maire a embauché 2 ASVP. A statut ou privé, La presse régionale ne le dit pas. Mais ledit syndicat rétorque que le rôle d'un ASVP n'est pas plus d'assurer la sécurité publique. Ce à quoi le premier magistrat municipal de Magnanville répond: "Côté budget, la dépense annuelle est évaluée à environ 150 000 euros pour les deux ASVP et le contrat avec l’entreprise de sécurité, contre environ 450 000 euros s’il avait fallu recruter « six à huit » policiers municipaux avec leur matériel."

Voilà, il n'y a pas photo. Pile poil dans les traces du gouvernement de droite et de droite question réduction de la fonction publique et augmentation du secteur privé dans les rôles régaliens de l'Etat. 

Du coup, peut-être une affiche pour les prochaines élections municipales à Magnanville:

A quand en France le port d'armes légalisé pour tous comme dans la libre Amérique?

Commenter cet article