Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Il est passé par ici, il est peut-être passé par là... Mais où est-il en ce moment le ministre de la Justice qui doit pondre une loi pour moraliser la politique politicienne dans notre mauvaise république? C'était prévu de laver plus blanc que blanc avant le 1er tour des législatives pour montrer qu'Emmanuel Macron, avec tous ceux qui marchent pour le capital, allait lessiver de fond en comble les écuries d'Augias.

Mais comme ma soeur Anne, rien qui vient. Seule l'herbe qui verdoie. Mais c'est sans doute Nicolas Hulot qui peint en vert l'horizon pour tromper le chaland.

Trêve de bêtises, notre ministre de la Justice est mis en examen pour diffamation et va comparaître en janvier 2019 devant un Tribunal correctionnel. Il aura en face un procureur de la République sur lequel il a le pouvoir de nomination. Un cas d'école pour la nouvelle loi ou bien, circulez à ce sujet, il n'y a rien à voir pour vous les sans dents?

Et Richard Ferrand, député socialiste sortant du Finistère, candidat à sa réélection pour le parti du président de notre mauvaise politique? Emmanuel Macron l'a adoubé ministre de  la Cohésion des territoires. Vaste programme pour faire prendre des vessies pour des lanternes par ceux de la politique politicienne.

En attendant c'est de la cohésion financière des siens dont il est question dans les médias: montage immobilier impliquant sa compagne avec qui il est pacsé; emploi de sa compagne et de son ex-épouse par les Mutuelles de Bretagne quand il en était le directeur; emploi de son fils à l'Assemblée nationale lorsqu'il était député socialiste; emploi à l'Assemblée du compagnon de celle qui lui a succédé aux Mutuelles de Bretagne quand il est devenu député de François Hollande; possible conflit d'intérêts sur une loi concernant les mutuelles.

Hier, le premier ministre de droite est venu à la téloche publique pour défendre son ministre. Il n'y a aucune enquête en cours sur le ministre de la Cohésion du territoire et donc basta! Mais il ne sait peut-être pas où François Bayrou, lui en charge de la Justice des grands, est parti en vacances. Il attend alors le retour des pigeons voyageurs que Gérard Collomb, sénateur-maire socialiste de Lyon, devenu le numéro 2 du gouvernement de droite en tant que chef de la police,  a envoyé de ci de là, cahin caha, pour retrouver la trace de François Bayrou.

En attendant, la Justice des grands a convoqué Elie Domota, le syndicaliste guadeloupéen et secrétaire général du syndicat majoritaire en Guadeloupe. Il comparaît en ce 31 mai 2017 pour "violence en réunion" dans le cadre de ses activités syndicales dans le conflit de 2016 dans cette ex-colonie française.

Mai 1967-mai 2017: la Guadeloupe commémore le cinquantenaire d’un crime d’État commis sur le peuple Guadeloupéen, où de nombreux ouvriers, lycéens et passants ont été victimes d’un véritable massacre perpétré par les autorités coloniales françaises, du 26 au 28 mai 1967. 

En France, c'est aussi la solidarité envers Elie Domota mais également avec la Guadeloupe qui lutte pour plus de progrès et de justice sociale.  Pour la liberté, l'égalité et la fraternité, telles que les définissaient les révolutionnaires de 1793. Et pas ceux gravés dans le marbre de notre mauvaise république.

Vous avez demandé François Bayrou, ne quittez pas. Vous avez demandé François Bayrou, ne quittez pas. Vous avez demandé François Bayrou, ne quittez pas...

Commenter cet article