Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Emmanuel Macron, président de la République, n'a pas traîné pour rendre l'hommage qu'il doit à la patronne de l'UE du capital, la chancelière d'Allemagne. C'est ce lundi.

Il faut dire que Toutanmakron 1er se sent fort des 20 743 128 suffrages qui se sont portés sur sa digne personne, même si beaucoup se sont intronisés résistants en votant pour lui.

Mais de la résistance contre qui? Surtout pas contre le capitalisme qui régente notre planète avec la droite, l'extrême droite et la gôche, quand elles ne gèrent pas ensemble loyalement les affaires du capital dans leurs pays respectifs. Encore moins de résistance contre la bête immonde en ne déposant qu'un bulletin de vote contre dans l'urne?

Les études sur cette élection présidentielle confirment TOUTES que les couches populaires, dont les ouvriers et les employés soit la majorité du salariat, se sont divisées entre la France insoumise et la fille de son père. De l'autre côté, le patronat, les cadres supérieurs, les gérants d'entreprises, les détenteurs de patrimoine, les retraités, les étudiants aisés, avec une petite part des catégories populaires se sont rassemblés sur le vote Fillon-Macron, de sorte qu'au deuxième tour celui-ci incarne la réunification de la bourgeoisie française.

Allons-nous persévérer à demeurer invisibles derrière nos ordinateurs pour écrire la meilleure des proses révolutionnaires et oublier le mauvais quotidien vécu par l'énorme majorité de nos concitoyens? N'avons-nous pas à débattre et à engager l'action dans les entreprises et la cité, mais aussi dans nos propres familles, plutôt de ne se contenir que sur les zéros sociaux où le capital aime nous confiner?

Allons-nous continuer à vouloir convaincre le patronat et ses suppôts de la justesse de nos revendications que dans les instances où ils nous ont posés et qu'ils multiplient à l'infini pour nous rendre inaudibles?

La France, 6e puissance économique mondiale, c'est 10% de sans emploi, c'est 8 millions de pauvres, c'est 140 000 sans-abri dont certains travaillent, c'est 3,4 millions de travailleurs précaires parmi lesquels une majorité de femmes élèvent seules leurs enfants, c'est des millions de jeunes qui sortent de l'école sans diplôme ou de qualification professionnelle. 

L'histoire le démontre, il n'y a pas de sauveur suprême, ni dieu ni césar ni tribun et producteurs sauvons-nous nous-mêmes. Encore faut-il que les producteurs des richesses et de l'intelligence possèdent l'outil d'un programme anticapitaliste et pas une multitude de propos favorisant les égos des uns ou des autres pour des places, afin de ne pas renverser la table et ne pas aller vers des lendemains qui chantent. Vraiment.

Sinon:

Sitôt intronisé à l'Elysée, sitôt à Berlin chez Angela Merkel

Commenter cet article