Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Je sais bien qu'une hirondelle ne fait jamais le printemps et que s'endormir sur ses lauriers sert toujours aux tenants du capital. Mais je prends les résultats électoraux du candidat de la France insoumise comme l'élan nécessaire à un grand mouvement social pour essayer de renverser la table sur laquelle se gobergent à nos dépens les droites de Fillon à Macron et leur extrême avec la fille de son père.

Jugez plutôt du premier tour de la présidentielle dans le Mantois:

Comme un air de printemps dans le Mantois et ailleurs

Mantes-la-Jolie, dirigée par la droite, est le fief de Pierre Bédier président du Conseil départemental des Yvelines.

Mantes-la-Ville est administrée par l'extrême droite depuis les dernières élections municipales. Rosny-sur-Seine et Buchelay sont gérées par la droite. Il reste Limay dont le maire est Pcf et Magnanville dont le maire l'est aussi tout en se déclarant divers gauche lors des municipales. L'un et l'autre collaborent à l'exécutif de la méga-agglomération GPSO, elle dirigée par la droite. Dans ces deux communes, les chiffres élevés de l'extrême droite ne sont surtout pas à négliger pour les progressistes.

Dans le tableau proposé, aucun chiffre du candidat officiel du PS qu'était Benoît Hamon. Ben oui, a-t-on le droit de tirer sur une ambulance? Surtout que par le président de la République, avec par-dessus une déclaration du premier ministre en personne, le pouvoir socialiste appelle à voter pour son candidat officieux: ouf, enfin!

Et si vous tenez à un score de Benoît Hamon, député des Yvelines, dans la ville de Trappes dirigée par la social-démocratie et où il est conseiller municipal: Mélenchon 36,61% (17,91% en 2012) et Hamon 24%.

Et je ne boude pas mon plaisir à Evry dans l'Essonne, bastion de l'ex-premier ministre Manuel Valls: Mélenchon largement en tête avec 35,6% (14,93% en 2012). A Lille, dont Martine Aubry est maire et soutien de Benoît Hamon: Mélenchon en tête avec 29,92% contre 15,42% en 2012. Bref, que l'on soit soutien socialiste d'Emmanuel Macron ou de Benoît Hamon, la sanction électorale est là contre le pourvoir socialiste.

Pour autant, lors du deuxième tour pour élire un président de notre mauvaise république, il faudrait donc choisir entre la peste (au choix Macron ou Le Pen) et le choléra (Le Pen et Macron).

NON, il faut voter pour Emmanuel Macron, sinon vous n'êtes pas un républicain. Comme si le programme de l'ex-banquier d'affaires, chouchou de l'Elysée et du Ps, ou des médias de la pensée unique, allait dans le sens du progrès et de la justice sociale. Les lois Macron, promulguées à l'aide de l'article 49-3 par le gouvernement socialiste, sont-elles déjà oubliées? Autant pour la loi El Khomri lorsque Macron était ministre à part entière du pouvoir socialiste?

Bien entendu, je ne me salirai pas davantage mes mains en saisissant un bulletin brun. Je pense que mon blog s'exprime assez à ce sujet. Je n'irai donc pas voter dimanche 7 mai 2017.

Croit-on sincèrement qu'un prétendu front républicain contre l'extrême droite fera gommer d'un coup les plus de 7 millions d'électeurs qui l'ont avalisée dès le premier tour?

L'Ifop vient de rendre un sondage, réalisé dimanche pour Paris-Match, CNews et Sud Radio:  34% des électeurs ouvriers et employés en faveur de Le Pen et Mélenchon 2e avec 24%; chez les électeurs inactifs -hors retraités- Mélenchon 25%, Le Pen 23%, Macron 17%.

Dans la grave crise qui ébranle le peuple de France, les ouvriers, les employés et les sans-emploi sont les plus durement touchés. Elire Emmanuel Macron sur le trône de l'Elysée, avec tout le système inégalitaire qui va avec, va-t-il faire baisser le vote brun?

La question mérite d'être posée dans les organisations démocratiques, notamment dans la CGT. Dans la cité, les zones rurales et dans les entreprises, c'est là que le combat doit se mener pour des jours heureux et pas avec un prétendu vote de salut républicain.

Comme un air de printemps dans le Mantois et ailleurs

Commenter cet article