Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ainsi, deux juristes de gôche, Robert Badinter, ancien ministre PS de la Justice, et Antoine Lyon-Caen, ex-professeur de droit,  ont commis un ouvrage: dégraisser le Code du travail pour vaincre le chômage de masse. Naturellement, ces hautes personnalités ont toutes les compétences en droit pour écrire le Travail et la loi. Et pour ma part, prétendre que tout va très bien madame la marquise dans le Code du travail serait mentir. Bref, dans les médias, ces deux sommités en droit français  annoncent que leur travail d'écriture est pour le bien des salariés et pas le contraire.

Et bien, message reçu vos excellences!

Tout aussitôt, l'ami Pierrot du MEDEF, le pote de François de l'Elysée, a salué le "courage" et le "réalisme" des deux juristes sensé protégés les droits conquis par les travailleurs. Le journal Les Echos félicite deux "figures respectées de la gauche" contre "la lourdeur du Code du travail". Le Monde consacre un dossier complet à "l'allègement" du Code du Travail. J'en passe et des meilleurs. Le dernier mot à Emmanuel Macron, le banquier d'affaires ministre de François de l'Elysée et du PS. Il remercie les deux personnalités pour leur contribution à la mission d'écrire un "Code du travail simplifié". Surtout qu'à l'automne, on nous remet une "conférence sociale" sur la loi et les accords collectifs...

Oui, si vous ne le saviez pas, ce n'est pas le gentil patronat, avec l'aval des pouvoirs de gôche et de droite, qui est à l'origine du chômage et de la précarité. C'est ni plus ni moins que le Code du travail. CQFD. Sinon, circulez, vous ne connaissez rien à l'économie qu'il faut pour la France.

Ps: J'ai hésité a insérer cet article dans la rubrique politique. Tout compte fait, je l'ai placé dans histoire sociale. Robert Badinter du PS ne fait pas de politique et Antoine Lyon-Caen ne fait que dans le droit social de gôche à ce que j'ai compris. 

Réforme du Code du travail: les amis de mes ennemis sont mes ennemis

Commenter cet article