Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Liberté syndicale ou diffamation: la justice a tranché à Bordeaux

Corinne Versigny, secrétaire générale de l'Union déparementale CGT de Gironde, dans plusieurs courriers au préfet, au président du département, au président de la région et à la presse, demandait une table ronde pour débattre de l'avenir des Fonderies et Ateliers du Bélier à Vérac (33). Elle dénonçait les conditions de travail et accusait la direction de vouloir fermer l'entreprise et de privilégier l'investissement à l'étranger.  Assignée en référé, suite à une plainte pour diffamation des Fonderies et Ateliers du Bélier, le tribunal correctionnel de Bordeaux l'a condamne à 500 euros de dommages et intérêts et à 1700 euros de frais d'avocat du patron.

La CGT a réagi par un communiqué:

A Corinne Versigny, Secrétaire générale de l’union départementale CGT de Gironde
- A la direction de l’union départementale CGT de Gironde
- Aux syndicats et syndiqué(e)s de Gironde.

Chère Corinne,

 

La commission exécutive confédérale prend connaissance avec stupeur du jugement du tribunal correctionnel de Bordeaux, en date du 7 mai, te condamnant à 500 euros de dommages et intérêts, l’UD à 3.000 euros avec sursis et à 1.700 euros de frais de justice.

 

Ainsi donc, alerter, preuves à l’appui, d’une stratégie managériale indigne et des choix de délocalisations deviendrait condamnable.

 

Ce jugement porte une nouvelle atteinte au fait syndical et à la liberté d’expression. Il intervient au moment d’une remise en cause de bourses du travail, de l’exercice du droit syndical, d’une répression syndicale de plus en plus importante au sein des entreprises.

 

Si ce jugement devait être confirmé, il ouvrirait une brèche supplémentaire au Medef pour remettre en cause les droits et garanties collectives des salarié(e)s, poursuivre la baisse du coût du travail, museler les délégué(e)s en leur interdisant de contester les choix stratégiques des entreprises.

 

C’est pourquoi, la CEC t’exprime tout son soutien, sa solidarité et sa fraternité. Elle s’élève contre cette décision de justice inique et approuve la décision de se pourvoir en appel de celle-ci.

 

Le « bosse et tais-toi » ne peut devenir la règle. Avec toi et tous le syndiqué(e)s de Gironde, nous réaffirmons que la CGT ne se taira et ne banalisera jamais les atteintes aux militant(e)s et les droits des salarié(e)s, leur engagement collectif pour les faire respecter et obtenir des avancées sociales pour travailler et vivre dignement.

Montreuil, le 19 mai 2015.

Commenter cet article

jean-marie Défossé 25/05/2015 20:53

Tout mon soutien également à Corinne que je ne connais pas , mais dont la condamnation par une "certaine justice" bordelaise me ramène personnellement à quelques années en arrière avec un résultat tout autant décevant , injuste et bien éloigné de tout ce que j'attendais d'une VERITABLE JUSTICE .
La "justice bordelaise" est encore à ce jour une justice orientée... vers l'INJUSTICE à l'égard des petits de ce pays !
Alors , vis à vis d'une Secrétaire Générale CGT , la "justice de Bordeaux a dû prendre cela pour une provocation . Corinne aurait pu s'éviter du temps de perdu et des déplacements inutiles , le résultat n'aurait pas été pire . Bordeaux reste encore en 2015 un FIEIF SEIGNEURIAL !
Bisous à Corinne .

sorcière and co 25/05/2015 19:50

de tout coeur avec la secrétaire départementale, les patrons voyous se croient tout permis, ils nous oppriment et en plus il faudrait dire merci,ils ne peuvent pas nous faire taire sur leur manoeuvre contre l'industrie française