Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

A l'appel d'organisations de sans emploi et de précaires, dont la CGT et pas la CFDT, une manifestation a eu lieu ce samedi dans les rues de Paris.

Comme le parti de l'Elysée réunissait ses huiles pour défendre leur patron François Hollande, des manifestants ont eu l'idée de leur dire un petit coucou. Trois fois rien, lire un texte critique sur la politique droitière menée depuis mai 2012.

Bon, ceux qui font de la politique leur métier, s'étaient protégés. En plus, le sieur Cazeneuve, chef des forces de l'ordre, avait fait venir justement ses forces de l'ordre. Conclusion: pas de lecture d'un texte subversif et 60 manifestants interpellés.

"Ces interpellations n'ont pas donné lieu à des gardes à vue mais à de simples vérifications d'identité", précise les autorités chargées du maintien de l'ordre et de la protection des politiciens socialistes. Comme ça, ils ne seront que fichés par les ex-Renseignements généraux, la police politique qu'on a dans notre république démocratique et sociale selon la Constitution.

Selon la Coordination des intermittents et précaires, les manifestants avaient été reçus par le service d'ordre du PS pas avec des fleurs, mais  "avec des crachats et à coups de poings, de pieds, de gaz lacrymogène, de matraques télescopiques et de taser". Le PS a indiqué que les représentants du tiers-état n'étaient pas "forcément pacifistes" et "avaient essayé d'envahir la salle. Le service d'ordre du parti a fait son boulot pour qu'ils ne rentrent pas."

Comme quoi chacun chez soi et la bourgeoisie est toujours bien gardée.

Les hors-sol du PS protégés par la police contre le tiers-état

Commenter cet article