Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce qui suit est tiré du Blog de José Fort. (http://josefort.over-blog.com/)

Canaille le Rouge ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce moment de mise à jour de l'hypocrisie des grands de ce monde et de celles et ceux qui les escortent.

"Nigéria: paraître et disparaître


Au risque de me faire traiter d'orchicoclaste (1), il n'est pas inutile, une fois encore, de rafraîchir les mémoires. Notamment celles des « personnalités » expertes en larmes dès qu'une caméra se trouve à proximité. Tenez, par exemple, l'affaire des deux cents jeunes filles enlevées par la secte boko haram au Nigéria et qui, pour la plupart, sont toujours entre les mains de leurs ravisseurs. Après les émissions spéciales, les infos en boucle, les prestations des femmes et compagnes de président en exercice ou d'ex en mal de pub, de ministres aux promesses rarement exaucées, ces pauvres jeunes nigérianes ne peuvent compter que sur elles-mêmes : elles ont sombré dans l'oubli de la prétendue « communauté » internationale, ce machin inexistant où plutôt ce fameux club rassemblant les prédateurs du monde.

On se souvient de Mme Obama brandissant une feuille sur laquelle était écrit « Bring Back our girls », rendez-nous nos filles ; on reste marqué par la scène si touchante sur l'esplanade du Trocadéro réunissant Carla Bruni et Valérie Trieweiler ; on ne peut pas oublier la tirade de Laurent Fabius à l'Assemblée nationale annonçant l'envoi sur place d'une « équipe spécialisée », ses homologues britannique et nord-américain promettant des avions renifleurs, pardon d'observation, à l'heure où les satellites détectent une présence au centimètre près.

L'émotion, pour ces gens là, c'est comme un kleenex qu'on jette quand on en a plus besoin. C'est le temps du paraître et du disparaître."

José Fort

(1) Casse-couilles

Un peu plus d'une demi journée après le coup de gueule de J Fort, cette info qui ne remue pas les chancelleries et ne fait pas descendre dans la arue nos dames patronesses :

" Ils n'ont laissé aucun homme, aucun garçon, seulement les jeunes enfants, les filles et les femmes », a raconté Halima Adamu, qui a GAGNÉ Maiduguri, la principale ville du nord-est du Nigeria, au prix d'un voyage épuisant de 180 kilomètres à l'arrière d'un camion. Selon cette femme témoin de l'attaque, les hommes enlevés ont entre 15 et 30 ans. Ils ont été emmenés « de force sur des bateaux à moteur jusqu'au Tchad », a-t-elle ajouté. 

Une autre femme a dit craindre que les hommes enlevés ne servent de « fantassins » aux extrémistes. Une troisième habitante a certifié que des jeunes filles et des femmes avaient aussi été enlevées.

Les témoins ont aussi rapporté qu'une force multinationale composée de soldats nigérians, tchadiens et nigériens était intervenue dans la zone le 12 août pour combattre les islamistes. Ces militaires auraient réussi à libérer une vingtaine de leurs prisonniers. L'information n'a cependant pas pu êtreconfirmée par un responsable de l'armée.

Le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun ont créé au cours de l'été une force commune pour lutter contre Boko Haram, considérée comme une menace croissante pour l'ensemble de la région. Chacun de ces pays s'est engagé à fournir sept cents hommes pour constituer cette armée. Les quatre pays, dont les frontières se rejoignent au lac Tchad, secteur où est basée la secte islamiste, ont déjà mis en place un partage du renseignement et des mesures de coordination de la sécurité aux frontières.

Rédigé par Canaille Le Rouge

Dames patronesses et indignation médiatique contrôlée

Commenter cet article