Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

- Mais oui, mon bon Claude (Guéant de son patronyme), a semblé répondre Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur à son directeur de cabinet.

Et voilà que celui qui fut aussi secrétaire général de l'Elysée, puis ministre de l'intérieur, a palpé, pas 100 balles, mais 10 000 euros en liquide, chaque mois que le capitalisme faisait entre 2002 et 2004. Attention, du cash et donc pas déclaré aux impôts. Ce qui l'a fout mal pour un futur ministre en charge de la répression de la délinquance, non?

Lionel Jospin, lorsqu'il était à Matignon, avait aboli ce système de primes occultes. C'est peut-être la seule chose de positive qu'il eut accompli quand il fut premier-ministre. Mais, lorsque la droite est revenue aux affaires en 2002, vu le désastre de la gauche plurielle à gérer la France, le système des primes de cabinet fut rétabli aussitôt.

 

Une autre affaire va s'abattre, semblerait-il, sur Claude Guéant et tutti quanti.

La brigade financière enquête sur le rôle des anciens locataires de l'Elysée, en premier lieu le secrétaire général de ce palais, Claude Guéant qu'il s'appelait à l'époque. Et Nicolas Sarkozy en occupait le trône (républicain puisque que nous sommes sous la 5e République). C'est au sujet de l'affaire Tapie, un pote à Guéant et à Sarkozy, et à ses 430 millions d'euros de fric public octroyés non pas par la justice du commun des citoyens (encore que), mais pas un arbitrage privé.

 

Bon, faut que je pense à me serrer la ceinture d'un cran de plus. Au moins. Nicolas Ier et Claude Guéant nous l'avait serrée vachement déjà. Pas ce dernier semblerait-il.

Mais voilà que François II raconte la même chose. Au nom de l'égalité. Vous y croyez toujours?

Claude Guéant est devenu avocat d'affaires... Il paraît que ça gagne aussi pas mal dans ce métier...

Argent-de-poche.jpg

Commenter cet article