Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs


Accueil - CGT Fapt

 

 

Décembre 2012

 

 

NON A LA REPRESSION ANTI-SYNDICALE

RELAXE POUR LES 15 POSTIERS DES HAUTS DE SEINE

 


Les 12, 13 et 14 décembre 2012, 15 postiers des Hauts de Seine sont convoqués, en appel, au tribunal de VERSAILLES pour des actions syndicales liées à la grève des postiers de Clamart, Châtillon et Asnières du printemps 2010.

 

Rappel : Début 2010, les postiers de Châtillon contestent les suppressions d’emplois liés à la future réorganisation et demandent des documents précis permettant de voir si le temps de travail octroyé aux différentes tâches correspondait au temps effectué. Trois mois sans réponse et dépôt d’un préavis de grève le 26 Avril. D’audiences locales en audiences locales, aucune réponse n’est apportée aux revendications et des postiers de Clamart et Asnières rejoignent  le mouvement pour les mêmes motifs. Les dirigeants locaux font part aux représentants syndicaux qu’ils sont mis hors jeu, c’est la Direction Départementale qui a la main sur ces trois conflits.

Le 10 mai, une quarantaine de postiers se déplacent à la direction pour demander à être reçue. Le directeur départemental refuse. Arrivés à la direction à 9 h du matin, les postiers restent dans les locaux.

A 20 H 00, le directeur départemental octroie une audience pour le lendemain matin !!

Quelques jours plus tard, 15 d’entre eux, ayant des mandats syndicaux, se retrouvent convoqués devant le tribunal au motif de séquestration….

Pour ce fait, en première instance, le tribunal de Nanterre a condamné 11 postiers à 1500 €  d’amende avec un sursis sur 5 ans et  à payer 500 € de dommages et intérêts par plaignant et 1650 € de procédures judiciaires. Les 4 autres collègues ont été relaxés. Une partie des plaignants du service RH a fait appel de l’ensemble de ces décisions, tout comme le parquet.

Finalement, la Direction Départementale remettra les documents que les postiers demandaient en janvier à la fin du conflit (plus de 60 jours) soit en Juin et seulement pour les bureaux qui ont fait grève, depuis elle rechigne à nouveau pour les remettre.

Nos collègues ne sont ni des criminels ni des voyous !

Ce sont vos collègues et cela aurait pu être vous.

 

En ces temps de  pseudo dialogue social et autres commissions, il est affligeant de voir que la détermination de La Poste à vouloir condamner nos collègues ne faiblit pas.

Ces décisions s’inscrivent dans un processus de discrimination à l’encontre de militants syndicaux dans toutes les professions qui se battent, en bafouant le droit de manifester et de revendiquer.

 

Lors de la première rencontre avec la direction départementale sur le "grand dialogue", la CGT a demandé l’arrêt des poursuites contre les collègues et l’amélioration des conditions de travail des postiers.

A ce jour, aucune réponse…

 

La responsabilité incombe à la politique du massacre sur l’emploi de ces dernières années (un emploi supprimé toute les heures depuis 10 ans) dénoncée par la commission Kaspar. Politique menée avec zèle par les DOTC, qui a amené aux gestes dramatiques de nos collègues et aux multiples sanctions contre les postiers et leurs représentants syndicaux.

 

Aujourd’hui, nos 15 collègues ont besoin de votre soutien


UN SEUL MOT D’ORDRE : RELAXE POUR LES 15 POSTIERS

SOYONS NOMBREUX À LEUR CÔTÉ

 

DEVANT LE TRIBUNAL DE VERSAILLES 

MERCREDI 12 DECEMBRE 2012    5, RUE CARNOT   RDV A 13 H 00

Commenter cet article