Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Qui a dit?  

     "Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple (...) permet un jour que des banques privés contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis".

 

     Avez-vous trouvé?

     Non, ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui aurait tancé l'agence privée de notation qui a réduit hier (par erreur) le trriple A de la France. Ce n'est pas non plus l'un des chefs de gouvernement de la zone euro, ni le premier ministre britannique dont le pays est dans l'Union européenne mais pas dans la zone euro ( au nom sans doute de l'unité de l'Europe). 

     Des mauvaises langues me soufflent qu'il pourrait s'agir du plus brillant de nos économistes français qui conduisit les affaires capitalistes du FMI, membre du PS par ailleurs, ce qui ne serait pas incompatible. Et bien non, ce n'est surtout pas lui. 

 

     Alors, toujours pas trouvé son nom?

     Bon je vous aide. C'est un homme politique de l'autre côté de l'Atlantique, à la tête d'une puissance internationale.

     Non, pas du tout, ce n'est pas Barack Obama. Il n'a été que prix nobel de la Paix (sic). Et s'il avait déclaré cela, le pouvoir du dollar américain ne l'aurait pas aidé à ce qu'il devienne le big boss des USA, ou qu'il se représente pour un deuxième mandat. 

 

    Bon, comme vous vous plongez toujours dans un abîme d'interrogations, je vais vous apprendre qui a déclaré cela.

    C'est Thomas Jefferson en 1802, troisième président des états-unis d'Amérique de 1801 à 1809. 

 

 

     ETONNANT, NON?

Commenter cet article