Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

  Par Jean Mézières, dans Mediapart du 25 avril 2012, sous le titre 1er mai 1886, quatre travailleurs sont pendus.

 

 

  "Laissez entendre la voix du peuple !" Alors non ! l'UMP ne peut avoir sa journée de "vrai travail"; le travail où tout devient possible ! Les origines  (la durée quotitienne de travail et la pendaison de 4 travailleurs grévistes ): aux Etats-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de débuter leur action le 1er mai parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là.

  C’est ainsi que le 1er mai 1886, la pression syndicale permet à environ 200 000 travailleurs d’obtenir la journée de 8 heures. D’autres travailleurs, dont les patrons n’ont pas accepté cette revendication, entament une grève générale. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.

  Le 3 mai, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société Mccormick Harvester, à Chigago. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers.

  C’est alors qu'une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel, August Spies et Louis Lingg ; quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887(connu depuis commeBlack Friday ou « vendredi noir ») malgré l’inexistence de preuves, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité.

  En 1893, la révision du procès reconnaît l'innocence des huit inculpés ainsi que la machination policière et judiciaire mise en place pour criminaliser et briser le mouvement anarchiste et plus largement le mouvement ouvrier naissant.

  Sur une stèle du cimetière de Waldheim, à Chicago, sont inscrites les dernières paroles de l’un des condamnés, August Spies :

  "Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui."


  20 juin 1889 : le congrès de la IIème Internationale socialiste réuni à Paris pour le centenaire de la Révolution française, décide , sur une proposition de Raymond Lavigne,de faire du 1er mai un jour de lutte à travers le monde avec toujours pour objectif la journée de huit heures. Cette date fut choisie en mémoire du mouvement du 1er mai 1886 de Chicago.

  Dès 1890, les manifestants arborent un triangle rouge symbolisant leur triple revendication : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs. Cette marque est progressivement remplacée par une fleur d’églantine, puis en 1907 par un brin de muguet.

  1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, en France, la manifestation tourne au drame : la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts. Dès lors , le 1er mai s’enracinera durablement dans la tradition des luttes ouvrières.

  24 avril 1941 : en pleine occupation allemande, le 1er mai est officiellement désigné comme la fête du Travail par le gouvernement de Vichy qui espérait ralier les ouvriers. Le jour devient chômé.

 

 

 

  1er mai 2012 :  Sarkozy veut faire défiler les gens du "vrai travail" et leurs vendre sûrement "Famille - Patrie" en cadeau. Les faux travailleurs peuvent rester derrière leurs caisses de supermarché, à moins qu'ils se déclarent non-syndiqués et non-grévistes à vie pour avoir le certificat de 'bon français". 

 «la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille».dixit Nicolas Sarkozy (...)

 

   Note de ma pomme: Pour ne pas finir sur la sinistre propagande de Pétain, Chef de l'Etat français collaborateur avec l'Allemagne nazie (que j'ai glissée dans l'article), quelques affiches de la CGT et deux photos à Mantes-la-Jolie à l'occasion du 1er mai, jour de la Fête des travailleurs.

Affiche de la CGT publiée pour le 1er mai 1912

 

 

 

 Affiche CGT Affiche Souvenir du 1er Mai 1936
 

La réduction du temps de travail toujours d'actualité

 

ul001

1er mai 1937 Mantes-la-Jolie

syndicalisme004

1er mai 1946 Mantes-la-Jolie

Commenter cet article

sorcière and co 26/04/2012 19:11

les travailleurs meurent encore pour leurs revendications, pour leurs idées,et je m'inscris dans cette histoire, mon histoire comme celle de tous mes camarades
allons courage nous aurons raison un jour, contre ces fantoches parasites qui n'hésitent pas à mentir en nous matraquant