Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

10 mai 1981: "Changer la vie" avec Mitterrand président socialiste de la République

Et la Une de l'Humanité, qui était encore l'organe central du Pcf, table sur "la victoire de l'espoir" avec le premier président socialiste de la République française, 51, 76% des suffrages exprimés au second tour contre 48, 24% à Valéry Giscard d'Estaing, président sortant et candidat de la droite. Au premier tour, Georges Marchais, secrétaire général du Pcf, avait obtenu 15, 35% et son parti appelait à voter Mitterrand au second tour.

"Changer la vie", tel était donc le programme politique du candidat socialiste qui prenait 4 ministres communistes dans son gouvernement dirigé par le socialiste Pierre Mauroy, maire de Lille.

De 1945 à 1978, Le Pcf fut en tête de la gauche et souvent largement devant les socialistes dans les élections, comme en 1969, où Gaston Defferre, candidat socialiste, obtient 5 % à la présidentielle, quand le communiste Jacques Duclos le devance avec 21,25%.

Mais en mai 1981, conduit par François Mitterrand, vieux cheval de retour de la politique sous la IVe République et plusieurs fois ministre y compris durant la guerre colonialiste de la France en Algérie, le PCF est devancé largement. Problème conjoncturel, problème structurel, la place du Colonel-Fabien à Paris, depuis la rupture du programme commun de gouvernement en 1977 par le Parti socialiste, a oscillé entre la rupture franche avec celui-ci et l'unité de la gauche contre le capital.

En mai 1981, le Pcf se résout à voter Mitterrand au 2e tour pour ancrer les socialistes à gauche et pourquoi pas autour du programme commun de gouvernement signé en 1972. Mais à la législative de juin 1981, le score communiste n'est que de 16,1% et les socialistes ont la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Mais le Pcf veut toujours espérer, surtout que les premières mesures du gouvernement vont dans le bon sens: 5e semaine de congés payés,  retraite à 60 ans, durée du travail à 39 heures, abolition de la peine de mort.

Seulement, au 41e congrès de la CGT, tenu à Lille en mai 1982, dans la ville du premier ministre Pierre Mauroy,  celui-ci annonce la nécessité d'une "politique de rigueur" aux congressistes. En 1937, Léon Blum, après la victoire du Front populaire de 1936, parlait lui de "pause sociale".  En 1956, le PCf croit encore à un front unique de la gauche et vote les pleins pouvoirs au gouvernement socialiste de Guy Mollet. Mais ce sera la poursuite de la guerre en Algérie et le retour au pouvoir de la droite en 1958, avec le général de Gaulle et Guy Mollet comme l'un de ses ministres.

Malgré la politique de rigueur, amorcée par Mitterrand président, les 4 ministres communistes demeurent au gouvernement jusqu'en 1984. En 1997, le Pcf retourne au gouvernement dirigé par le socialiste Lionel Jospin. Le bilan politique de la gauche plurielle (vert, socialiste, communiste), est tellement négatif que Lionel Jospin est battu à la présidentielle de 2002. Le second tour voit s'affronter la droite de Jacques Chirac à son extrême dirigée par JM Le Pen.

Pour la présidentielle de 2022, 69, 45% des 43 473 cotisants de la Place du Colonel Fabien à Paris ont voté.  72, 40% ont désigné Fabien Roussel, leur secrétaire général, comme candidat. 23, 13% ont privilégié une candidature commune avec les autres forces politiques de gauche.

Quand François Mitterrand quitte le pouvoir en 1995, l'abstention, surtout parmi les catégories populaires, est en net progrès. L'extrême droite est installée et le Pcf se marginalise. Le très droitier Jacques Chirac est élu président de la République avec 52, 64% des suffrages. L'extrême droite a obtenu 15% au 1er tour et Robert Hue, secrétaire général du Pcf, seulement 8, 64%. Robert Hue appelle à voter pour Lionel Jospin pour le 2e tour. Depuis Robert Hue, chantre la "gauche plurielle" a déserté les rangs des adhérents du Pcf pour s'aboucher avec la social-démocratie.

Le tandem social-démocrate Hollande-Valls, à la tête de la République française, aura toutes ses faveurs libres et non faussées.

Les luttes sociales, autour de la lutte des classes, seront-elles en pointe d'ici la présidentielle de mai 2022? Les colères ne s'adossent plus à l'espérance comme en mai 1981.

La vie a changé et sans raison pour se réjouir devant l'impasse infernale que nous ouvre le capital.

Commenter cet article

DD 10/05/2021 11:53

Le premier poste ministériel de Mitterrand... Ce fut dans le gouvernement de Pétain !

DD 11/05/2021 18:43

réponse à "Le Mantois..."
Il a été "Sous-secrétaire d'États aux anciens combattants" du gouvernement de Vichy en 1942. La différence avec ministre me semble pour l'occurrence assez aléatoire... Il a été décoré, sur sa demande écrite, de l'ordre de la Francisque.
Ensuite, il a senti le vent tourner, en particulier avec la victoire soviétique de Stalingrad. Bien à vous.

Le Mantois et Partout ailleurs 10/05/2021 18:03

Il ne fut pas ministre de Pétain, mais décoré de la Francisque pour services rendus au régime de Vichy, au printemps 1943.