Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

En France, chacun le sait, on n'a pas de pétrole mais des idées. Côté vaccins anti-covid-19, c'est du pareil au même avec Sanofi et l'Institut Pasteur. Dès lors, YposKesi, l’une des plus prometteuses biotech françaises, créée par l’AFM-Téléthon et par la Banque publique d'investissement, va être cédée à un groupe coréen. Le naufrage de l'industrie pharmaceutique française continue et le double discours du pouvoir macroniste également.

Oui, l'ex-banquier d'affaires, assis à l'Elysée par le capital et quelques autres, avait pourtant promis d'en avoir pris la mesure et la France pouvait compter sur lui pour regagner le terrain perdu(sic). Las, YposKesi, l’une des plus prometteuses biotech françaises, créée par l’AFM-Téléthon et par la Banque publique d’investissement, financée par les dons des Français et de l’argent public, passe sous pavillon étranger.

Depuis plus de 60 ans, l’AFM-Téléthon multiplie avec pugnacité les initiatives pour financer des recherches pour combattre des maladies rares que l'industrie pharmaceutique privée délaisse, sans perspective de profits pour elle.. Mais au fil des ans, accumulant les projets, l’association s’est heurtée à l’industrialisation pour produire les médicaments tant espérés par les familles de malades. Elle avait pris contact avec la BPI, ce qui aboutit à la création de la société YposKesi (du grec Υποσκέσι, "la promesse" en français)

Mais, comme l'écrit Laurent Mauduit dans Médiapart: "L’État n’a pas mis son veto à l’opération, et quand bien même l’aurait-il fait, cela n’aurait pas changé grand-chose. Car c’est sans doute l’aspect le plus révélateur de l’histoire, et qui en dit très long sur le naufrage de l’industrie pharmaceutique française : c’est qu’en fait, les actionnaires historiques d’YposKesi, la BPI et l’AFM-Téléthon, ont multiplié les prospections pour trouver un opérateur industriel, en France et en Europe, et ils ont trouvé porte close partout.

Selon nos sources, ils ont en particulier frappé à la porte de Sanofi, dont le président du conseil d’administration est Serge Weinberg, l’ex-directeur de cabinet de Laurent Fabius, mais le groupe pharmaceutique n’a pas levé le petit doigt. Pas de profits rapides en perspective, ni de généreuse distribution d’actions gratuites : Sanofi ne s’est pas montré intéressé par le projet !

C’est donc dans ces conditions que des pourparlers ont été entamés avec le coréen SK Holdings, qui présente au moins l’avantage de travailler déjà à façon et donc de correspondre très exactement au profil recherché."

Suis-je donc le seul à dire Macron démission?

Et déjà, Sanofi, sous Hollande président, avec cette gôche "qui n'avait vraiment pas le choix":

Médicaments: quand le "génie" français passe sous pavillon de la Corée du Sud

Commenter cet article

sorciere and co 14/02/2021 20:11

je le dit aussi, macron demission