Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce n'est pas à l'Elysée, ce n'est pas à Matignon que nous obtiendrons satisfaction à nos revendications!

Le "Ségur de la santé" fait du surplace. Aucune proposition chiffrée du gouvernement sur les augmentations de salaire et les créations de postes. Ce ne sont pas des négociations qui se sont ouvertes au ministère de la Santé, mais le ronron entre "partenaires sociaux" autour de "discussions de salon", comme le dit dans son billet quotidien le médecin urgentiste CGT Christophe Prudhomme. Aujourd'hui, autre négociation, mais au palais de l'Elysée.

L'ex-banquier d'affaires et gérant de la banque Rothschild, qui y trône, a convié les syndicats CFDT, CGT, FO, CGC, CFTC et Unsa et les organisations patronales Medef, CPME, U2P, FNSEA pour soi-disant préserver l'emploi.

Après l'approbation par le pouvoir des riches et du patronat du plan de casse organisé par Renault, société dont l'Etat est le principal actionnaire, on ne peut que douter fortement de cette négociation dite sociale. Ci-dessous, Renault à Choisy-le-Roi, en lutte contre sa disparition.

capture d'écran

capture d'écran

Et malheureusement, Renault n'est que l'arbre qui cache les outils made in Macron pour faire supporter la crise au monde du travail. Entre les ordres du patronat à son commis de l'Elysée (prolongation du temps travail, baisse des salaires, retour sur le 13ème mois, les rtt et les congés, précarisation et licenciements) et les revendications légitimes des derniers de cordée, depuis mai 2017, le pouvoir a choisi le côté du capital dans le combat de classes.

Qu'attend-t-on pour déconfiner les luttes? Je dis ça, mais ce n'est pas pour rien.

Commenter cet article