Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dixit madame le Procureur de la République de Strasbourg, "l'enquête n'ayant pas permis d'isoler la responsabilité pénale du tireur, et donc d'identifier celui-ci".

Capture d'écran

Capture d'écran

Les faits se sont déroulés dans la capitale alsacienne. Un adolescent de 15 an s sortait d'un magasin où il avait acheté une veste, le 12 janvier dernier. Ce jour-là, des incidents entre gilets jaunes et forces de l'ordre en ville. Mais, reconnait l'IGPN, dite la police des polices enquêtant pour le procureur de la République, l'individu en question n'y participait pas.

Pourtant, on -inconnu dans la police- lui balance en plein visage un tir de lanceur de balles de défense qui, si je ne m'abuse, selon l'intitulé, sert à se défendre et non à attaquer. Ledit tir de LBD brise la mâchoire d'un gosse de 14 ans et lui occasionne, outre la douleur, une opération chirurgicale et le port de broches pendant plusieurs mois. Son parcours scolaire en a été altéré.

Mais circulez, y a rien à voir, a conclu l'IGPN, ce que reprend texto le Procureur de la République.

"Un classement sans suite, c'est comme si on nous disait qu'il ne s'était rien passé. Comme si c'était banal de tirer sur un gamin qui vient d'aller s'acheter une veste dans un magasin. C'est du mépris total", a réagi dans Les dernières nouvelles d'Alsace (DNA), la mère de l'adolescent, Flaure Diessé. Elle avait déposé une plainte pour "blessures involontaires".  Mon fils "a perdu la sensibilité au chaud et au froid au niveau de la lèvre, côté droit. Et il lui reste une grande cicatrice sur le visage".

Les deux avocats de la famille doivent rencontrer la mère de l'adolescent pour déterminer quelle suite donner à la procédure.

Note de ma pomme: J'ai placé ma chronique dans la case politique, parce que les forces de l'ordre et les procureurs de la République dépendent pour les premier de Christophe Castaner, les seconds de Nicole Belloubet respectivement ministre de l'Intérieur et de la Justice. Ils étaient des socialistes bon teint sous François Hollande avant de gérer loyalement les affaires des riches et du capital , un ex-banquier d'affaires, chouchou de François Hollande, à l'Elysée.

Commenter cet article