Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Elle était arrivée dans le service dans la nuit du 17 au 18 décembre dernier à Lariboisière, dont les urgences sont les plus fréquentées en région parisienne avec plus de 85 000 passages par an. Une infirmière constate le décès de la patiente 12h après dans la salle d'attente.

Cette soignante effectuait "un tour de la salle d'attente comme elle le fait habituellement bien que cela ne relève pas de ses fonctions", révèle le rapport d'enquête. Arrivée à 18h 40, enregistrée à 18h 50, la malheureuse patiente avait repris son siège dans la salle d'attente. Le médecin du service court, un seul, souligne le rapport d'enquête, prend sa garde à 18h 30. Une trentaine de patients est déjà enregistrée, ce qui rend impossible l'identification des malades à prioriser, renchérit le rapport d'enquête.

A minuit, deux appels sont lancés dans la salle d'attente vers la patiente. Comme elle ne répond pas, elle est déclarée sortie des urgences à 1h 18 du matin. Réglementairement, les salles d'attente doivent être visitées toutes les deux heures. Mais dans le cas présent, insiste le rapport d'enquête, "la charge de travail des infirmières d'orientation et d'accueil présentes la nuit ne leur a pas permis d'appliquer la procédure de la surveillance".

Devant ce désastre humain et social, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris promet 3 petits postes d'infirmières et un petit poste de médecin aux urgences de Lariboisière, en février.

Manu 1er ne fréquentera jamais l'un des services d'urgence dans un hôpital public en France, sinon pour se faire photographier aux côtés de sa ministre de la Santé Agnès Buzyn. Mais dans le grand débat national, pondu pour se donner exclusivement de l'air,  il questionne les Français; "Quels sont les services publics à supprimer autour de vous pour payer moins d'impôts?" Et ses lansquenets de proclamer dans les médias: "On ne peut à la fois revendiquer plus de services publics et moins d'imposition!"

Ben oui, surenchérissent le Medef et la Cfdt, tout feu tout flamme pour défendre le très très grand débat national et les très très excellentes questions posées aux Français.

Par contre, sur les embauches, les conditions de travail et les salaires, par exemple dans les hôpitaux publics: Pas question d'en causer, s'est élevé le CAC 40 de la Bourse dans l'un des plus riches pays de la planète:"Vous croyez que ça ne coûte rien de faire évader fiscalement des milliards et des milliards d'euros hors de la patrie où tout citoyen nait en droit et en devoir avec son voisin?"

CAPTURE D'ECRAN SUR Fb

CAPTURE D'ECRAN SUR Fb

Commenter cet article