Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Selon plusieurs médias qui font leur boulot, Renautl-Nissan BV, fondée en 2002,  leur aurait octroyé de très juteux compléments de rémunération. RNBV, pour Renault-Nissan BV, est un holding du groupe Renault-Nissan basée aux Pays-Bas, pays membre fondateur de l'UE du capital. Mais faut-il préciser que le capitalisme est libre et non faussé sur notre vieux continent?

Ben oui, ledit fonctionnement de RNBV fait dans la "pratique légale", s'est défendue la direction de Renault à France info qui l'interrogeait ce jeudi 27 décembre 2018.

Bon, l'Humanité assure que Carlos Ghosn et Thierry Bolloré, qui dirige Renault par intérim depuis l'incarcération du premier au Japon, auraient été les bénéficiaires du fonctionnement légal de la holding néerlandaise.

Le 11 décembre dernier, la CGT a écrit au ministre concerné de Manu 1er. Elle dénonce que ces éléments comptables "n'apparaissent nulle part dans les comptes et les résultats de Renault". Pourtant documents officiels de Renault et statuts de RNBV précisent que la holding néerlandaise soumet ses décisions "aux organes de direction et d'administration de Renault". Alors quoi? que fait la France des riches et du capital, actionnaire de Renault et qui dispose d'un administrateur à ce titre?  Le ministère de l'Economie temporise. Contacté par l'Humanité, il met en avant l'audit demandé par Renault sur Renault. Sans rire du tout.

Si vous ne le saviez pas, seulement 1 véhicule Renault sur 4 est fabriqué en France. Carlos Ghosn a ainsi délocalisé massivement à l'étranger: 76 000 salariés en France en 2004, pour 47 000 en 2017. Ces délocalisations sont effectuées vers des pays aux salaires au ras des pâquerettes. En revanche, les bagnoles fabriquées hors de France sont vendues en Gaule au tarif gaulois. Surtout ne cherchez pas l'erreur. Le capitalisme est libre et non faussée.

Et pour ceux qui aiment la véritable histoire de France, avec la nationalisation de Renault à la Libération

Un caisse noire néerlendaise pour quelques hauts dirigeants de Renault-Nissan

Commenter cet article