Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Alexandre Benalla est chargé de mission d'Emmanuel Macron. Il est même adjoint du chef de cabinet du président de la République. Le 1er mai 2018, au milieu de CRS le laissant agir, des images l'ont reconnu frappant, puis traînant au sol, un jeune homme qui, sans doute, n'appréciait pas trop la politique de droite et de droite exercée par le palais de l'Elysée.

Pour ce faire, Alexandre Benalla était coiffé d'un casque de CRS. Et d'autres images le montrent portant un brassard de la police nationale. 

Le chef de cabinet d'Emmanuel Macron a dit ceci. "Alexandre Benalla m'avait prévenu deux jours plus tôt qu'il souhaitait participer à une intervention auprès de la préfecture de police pour voir comment se gérait une grande manifestation. Il m'en a demandé l'autorisation, je la lui ai donnée, mais en précisant bien qu'il y allait en observateur".

Et donc, côté palais de l'Elysée, voilà comment on observe, fort de son droit d'agresser quelqu'un dans la rue.

Bruno Roger-Petit, journaliste passé porte-voix officiel d'Emmanuel Macron, a dit à la presse aujourd'hui quelque chose comme "tout va très bien madame la marquise. Circulez, il n'y a plus rien à voir".

Sans rire et ni commentaire de ma pomme, notre présidmonarque avait sorti ça:

 

Alexandre Benalla: un collaborateur de l'Elysée en milicien très violent

Commenter cet article

66vacancedautomne 28/07/2018 18:23

Ce qu'il y a de tragique et d'inquiétant dans cette affaire d'une exceptionnelle et inédite gravité (mettant en cause directement l'autorité de l'Etat)c'est que M.le président s'exprime ou ne s'exprime pas cela revient au même.Mes premières inquiétudes se trouvent confirmées:nous nous orientons vers une crise de régime,vers une vacance du pouvoir.Le parlement que ceux qui nous gouvernent veulent amputer deviendra vraisemblablement le centre,le cœur véritable du pouvoir.Cela est d’ailleurs prévu par la constitution.La commission du Sénat commence à jouer plus ou moins ce rôle d’ultime instance de légitimité du pouvoir national.Tout indique que le pouvoir exécutif,littéralement tétanisé,réduit à avancer ou bredouiller de prétendues « explications » toutes plus ridicules et grotesques les unes que les autres (je ne savais pas,je n’étais pas au courant,ce sont des fake news,personne n’en parle,tout le monde jalouse M.Macron,c’est le feuilleton de l’été…etc),à diffuser des mensonges d’Etat,se trouve condamné à perdre le contrôle de la situation.Le processus de délégitimation du pouvoir exécutif est en route,en marche.Un processus qu’il paraît impossible d’enrayer.