Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voilà THE question que le parti politique de Manu Mac Macron se pose, si j'en crois Le Monde dans son édition du 23 juin 2018. A la manoeuvre, Christophe Castaner, à la fois patron du parti de l'Elysée et ministre chargé des relations entre le Palais de l'Elysée et les élus de la nation, parmi lesquels ouvriers, employés et sans-emploi se comptent sur les doigts d'une seule main. Et encore.

L'ancien dirigeant et député socialiste Christophe Castaner est aidé dans son turbin par Pierre Person, député de Paris, lui aussi ancien de la gôche. Et toujours selon Le Monde, Pierre Person fait partie de la petite dizaine de députés formant "la garde avancée d’Emmanuel Macron, au Palais-Bourbon comme dans les médias. Des janissaires dévoués corps et âme au chef de l’Etat, qui ne dépendent que de lui, ne rendent de comptes qu’à lui". Au pays de la démocratie, bonjour donc à celui qui ne rend compte qu'à Manu Mac Macron, lequel depuis son palais ne rend pas plus de compte à quiconque en tant que roi élu suivant la Constitution numéro 5 de la République. Est-ce que vous suivez?

Et donc sans rire, une fois encore dans Le Monde qui se fait souvent le porte-voix du macronisme, la réflexion des ex-socialos Castaner et Person visent à faire coexister les 312 députés venus de la droite, de la gôche et de la société civile. Société civile du côté des riches et du patronat, comme d'ailleurs ladite droite et ladite gôche, si vous permettez d'y ajouter mon grain de sel.

En tout cas, j'espère qu'ils ne vont pas instituer une seule pointure pour des godillots. Surtout en ce début de la période estivale. Pour aller batifoler dans la piscine particulière des époux Macron au fort de Brégançon, ça risque de tâcher le pédiluve à l'entrée. Non?

NB: un peu de vocabulaire de ma pomme qui reprend Wikipédia: "Dans les années 1960, les parlementaires gaullistes qui soutenaient sans faille le général de Gaulle et son gouvernement se qualifièrent de parti godillot, pour montrer leur fidélité et obéissance à de Gaulle. L'expression parti godillot et dans une moindre mesure le mot godillot lui-même sont restés avec un sens similaire mais péjoratif, pour désigner des membres d'un parti politique suivant sans discuter la ligne du parti ou des parlementaires suivant sans discuter leur gouvernement."

Sinon, question godasse ça donne ça:

Comment mieux définir le macronisme?

Commenter cet article