Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La galette des rois façon Emmanuel Macron

Depuis son palais de l'Elysée et approuvé par ses parlementaires, Notre grâce a distribué non pas une part de galette mais une fève à tous les retraités, du moins à ce que Notre grandeur estime fortuné: l'augmentation de la CSG au 1er janvier 2018. Cet impôt socialiste, voté par les députés socialistes en 1991, ne devait qu'être éphémère. Mais depuis, tous les gouvernements socialistes l'ont conservé ou augmenté. Et donc, sous Emmanuel Macron, ça donne cela:

La galette des rois façon Emmanuel Macron

Attention, cette augmentation de la CSG de 1,7% ne concerne pas que les retraités mais l'ensemble aussi des salariés du privé et de la fonction publique, soit pour ces nantis une CSG à 9,2%.

Entourloupe du pouvoir de droite et de droite, ses parlementaires godillots ont voté une diminution des cotisations sociales salarié du privé (chômage et maladie) de 2,40% en 2 étapes. Ce qui met à mal notre système de Sécurité sociale et d'Assurance chômage, parce que Macron n'a pas du tout l'intention que le patronat finance ce déficit dans les comptes publics. Pour un travailleur à temps complet au SMIC, c'est + 132 euros par an en 2018, soit 11 petits euros par mois. MAIS cela se traduira par une hausse d’autant du revenu net imposable pour tous les salariés et les conséquences sur les diverses prestations ou exonérations dont peuvent bénéficier certains.

Pour les fonctionnaires, même entourloupe par une circulaire ministérielle de décembre 2017.

Par contre, les revenus du capital, également soumis à la CSG, celle-ci passe de 8,2% à 9,2%, soit + 1%. Quand salariés et retraités l'ont à + 1,7%. De plus, quand on connait les ficelles fiscales pour ceux qui ont des capitaux...

Bon, vous reprendrez bien un morceau de galette? C'est cadeau, ça vient de la société civile dont sont issus les gens de la répoublique en marchant. Vous savez bien, tous ces millionnaires de roite et de droite qui siègent au gouvernement comme au parlement.

Commenter cet article