Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Bien, très bien même. Le tarif de mon boulot de 1/4 d'heure envers un client patient est passé à 25 euros et à 30 euros pour les enfants de moins de 6 ans depuis mai 2017. Et les députés macronistes ont voté contre le tiers payant généralisé prévu en 2018. Ben oui, introduire la carte vitale rectifiée à cette fin dans la machine, c'était assez compliqué. Il faut "mettre en place les outils" pour cette mise en place, comme l'a dit très justement Agnès Buzyn, ministre de la Santé pour les riches.

Et face aux déserts médicaux qui se généralisent partout dans le 5e pays le plus riche au monde, il n'y aura aucune augmentation du nombre d'étudiants en première année de médecine. Le numerus clausus, en latin dans le texte, a été installé pour limiter le nombre d'étudiants afin de ne pas dépasser les capacités des établissements d'enseignement : nombre de salles de cours et amphithéâtres, nombre de professeurs, etc. Il sert aussi à limiter la concurrence de façon à garantir aux professionnels en activité une quantité de travail suffisante pour vivre. (Source Wikipédia).

Autre bonne nouvelle pour les toubibs du privé,  l'augmentation de certaines consultations à partir du 1er novembre 2017. Ceci en fonction de leur degré de complexité, cela ira de  46 à 60 euros.

Cette hausse de prix "n'aura pas de conséquence sur le portefeuille des Français. C'est l'assurance maladie qui remboursera toutes ces consultations avec les régimes complémentaires", assure  le docteur Claude Leicher, président du syndicat MG, au micro de RTL.

- Oui, mais avec la suppression du tiers payant généralisé, le client, le patient devra débourser de 46 euros à 60 euros de sa poche. Non?

- Vous êtes con ou quoi Roger Colombier, madame la ministre de la Santé des riches vient de vous dire qu'on n'avait pas les bons outils pour le faire. Bon, ça sera 60 euros pour vous, vu que votre cas est des plus complexes. 

Comment ça va docteur?

Commenter cet article