Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour ceux qui reviendraient tout juste sur terre, sachez que le ministre de la Justice en personne est mis en examen et donc présumé innocent jusqu'à son procès prévu en janvier 2019, parce qu'il faut du temps pour juger les gens d'en haut. Mais François Bayrou est tout de même mis en examen pour diffamation.

Et voilà que pour défendre son pote Richard Ferrand, ex-député socialiste devenu ministre d'un gouvernement de droite, Edouard Philippe, premier grand vizir, a rappelé mardi soir qu'un ministre mis en examen devra automatiquement démissionner de son poste. Et sur France 2, il a insisté sur le devoir d'"exemplarité" des membres de son équipe. Pourtant, le ministre de la Justice en personne, number 3 dudit gouvernement de droite est bien mis en examen et ne démissionne pas. Notons au passage que cela n'a pas ému du tout le journaliste de service sur la chaîne publique.

Mais comme qui dirait que ça grince dans l'opinion publique, le porte-voix du gouvernement, Christophe Castaner, lui aussi ex-député socialiste, a exclu le départ de François Bayrou. La raison: Poursuivi pour diffamation, cela équivaut à une mise en examen automatique par un juge d'instruction.

Et de rajouter devant la presse libre et non faussée, accréditée à sa conférence de presse: "Si vous voulez que la semaine prochaine, il n’y ait plus un ministre au gouvernement, vous pouvez, vous, prendre l’initiative de tous nous attaquer pour diffamation et nous serons tous automatiquement mis en examen."

On pourrait dire chiche, mais dans l'ex-patrie des droits de l'homme, les journalistes d'investigations ne courent pas les rues.

Quant aux autres, le plus grand nombre, fidèles soutiens de la pensée unique, ils acceptent que le président de notre mauvaise république leur assène à la face:"la presse ne doit pas devenir des juges".

Bon, c'est vrai que sous Sarkozy ou Hollande, ce n'était pas déjà le cas.

Pardon monsieur le premier ministre de droite, vous avez dit si mise en examen d'un ministre, démission?

Commenter cet article