Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Rugby, le Stade Français:"Le capital m'a tuer"

Le Stade Français né en 1883 et le Racing Club de France né en 1885 ont comme patrons deux Pdg dans le civil. Le deuxième a racheté le club de rugby du premier avec l'accord de celui-ci en pleine saison rugbystique, rayant du coup l'existence du Stade Français, de ses joueurs, de leur encadrement et du personnel. Sans que ces derniers aient eu un moindre mot à dire. Eux qui mouillent pourtant la chemise ou le maillot.

Le fric abonde dans le Top 14 et attire une foule de joueurs internationaux pour des contrats mirobolants. De ce fait, peu ou pas de joueurs français aux postes charnières comme dans toute équipe de rugby. On en arrive alors au paradoxe que la France, qui dispose le plus de licenciés dans le monde, fait bien piètre figure dans les tournois internationaux. Mais en rugby ou en toute autre chose, le marché doit rester libre et non faussé. Dans cet univers malsain, le Stade Français et le Racing 92 n'ont pas été en reste à coups d'achat de stars et de rugby hors-sol, entre aussi des affaires de dopages ou de moeurs. Cela s'achève pour le Stade Français par un bouillon financier qui laisse sur le carreau 90 joueurs professionnels. Et toujours rien à voir avec le ballon ovale et son éthique sportive.

Bernard Laporte, actuel patron de la FFR, ex-ministre de Sarkozy des Sports et ancien entraineur du RC Toulon au budget gigantesque avec sa cohorte de joueurs de toutes les meilleures nations rugbystiques, s'est dit être tombé de son trône en apprenant le décès soudain du Stade Français. Sans blââgue!

Commenter cet article