Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Lactalis fait son beurre sur le dos des éleveurs laitiers, il n'est pas le seul
Effectivement, la famille Besnier dirige le 1er groupe laitier mondial, le 2e groupe fromager européen et le 18e groupe mondial de l'agroalimentaire. C'est dire que le consommateur, vous et moi, remplit chaque jour les poches de la famille: 7,6 milliards d'euros de revenu pour le seul Emmanuel Besnier, le pdg du groupe!
 

Lactalis assure 25% de la collecte du lait en France et plus d'un éleveur sur 5 bosse pour lui. Sous le couvert de la FNSEA, le syndicat patronal majoritaire dans l'agriculture, dirigé par Xavier Beulin magnat de l'agroalimentaire, ils ont signé un contrat avec Lactalis leur interdisant de nuire aux activités du groupe et de salir son image. Liberté, liberté chérie!

Du coup, ceux qui bloquaient un rond-point à Laval dans le 53, se sont vus condamnés par le Tribunal à 5 000 euros par jour de blocage. Alors que seuls les bureaux de Lactalis étaient touchés et pas la production de l'usine. De plus, Lactalis a prévenu. Comme déjà 74% des 17 milliards d'euros de notre chiffre d'affaires s'effectuent hors de France, si vous persévérez à ne plus être nos vaches à lait, nous irons remplir notre pot au lait hors de la Gaule.

Lactalis accordait 256,90 euros pour 1 000 litres de lait. Grand seigneur, il consent désormais à 271,90 la même tonne. Laïta, autre groupe laitier français, donne 290 euros, la filiale d'Intermarché achète 1 000 litres 300 euros.

Si vous êtes les vaches à lait d'Intermarché, jetez un coup d'oeil sur le prix d'un litre de lait. Et dans les gondoles des Mousquetaires contre la vie chère, ça déborde de produits fabriqués par Lactalis. Y a-t-il entente illicite entre les patrons? Ben non, puisque le capitalisme, pardon le néolibéralisme est libre et non faussé.

Ceci dit, la FNSEA ne s'attaque qu'à Lactalis. Pas aux autres, alors que selon le petit exploitant agricole qui s'exploite lui-même, il faudrait banquer 340 euros la tonne de lait pour faire 0 bénéfice. La FNSEA a-t-elle des intérêts particuliers dans cette lutte?

Les paysans, de leur côté, exploités par tous les groupes laitiers français, disent farouchement qu'ils sont indépendants et maîtres absolus de leur travail. Libres à eux d'aimer leurs chaînes, quand on les pousse à produire toujours plus, à surinvestir davantage et donc à s'endetter auprès des banques -dont le Crédit agricole, vous suivez toujours?- Ainsi la paysannerie française doit produire plus ce qu'elle vendra toujours moins cher, pour le plus grand profit des banques, des groupes industriels et des grandes surfaces.

Lactalis ne fait que son beurre sur les éleveurs de vaches laitières. En 2015, malgré ses énormes bénéfices, il a accordé 0,8% d'augmentation salariale à ses salariés, pendant que le revenu de son pdg progressait de 25%.

Il ne vous en a pas parlé de tout ça Stéphane Le Foll, le ministre socialo de l'Agriculture? Il n'a pas peut-être le numéro de bigophone d'Emmanuel Besnier ou d'un autre patron de l'agroalimentaire qui font leur beurre de plus avec des millions d'euros d'argent public accordés par le CICE.

Bon, c'est vrai que tout ça n'intéresse personne. En ce moment c'est le burquini qui agresse notre pouvoir d'achat, fait augmenter la précarité et le mal-vivre, et ferme ou délocalise les entreprises, comme il tue l'agriculture française. Non mais!

Commenter cet article