Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pas de classe et de masse comme ses statuts définissent la CGT. Mais bien de case. Façon de dire que ses principaux dirigeants, outre le fait d'avoir été des partenaires très sociaux du patronat et des gouvernements de droite et de gôche, sont casés ensuite dans des places, loin, très loin du quotidien des travailleurs qu'un syndicat est sensé défendre.

La dernière en date est la camarade syndiquée CFDT Anousheh Karvar. Myriam El Khomry l'a prise comme directrice-adjointe de son cabinet au ministère du Travail. Comme quoi, entre son rojet de loi réactionnaire contre le Code du travail et les idées de la CFDT en la matière, il semble ne pas y avoir l'épaisseur d'un papier à cigarette.

Ci-dessous, le parcours de madame la directrice-adjointe du cabinet de madame El Khomri:

La CFDT, un syndicat de case

Avant elle, François Chérèque, patron de la CFDT jusqu'en 2012, sa retraite syndicale venue, fut aussi recasé à l'IGAS, Inspection générale des affaires sociales.

Le papa de François, Jacques, dirigeant national de la CFDT pour la métallurgie, après avoir saboté l'action de la CGT pour la défendre, fut nommé ministre de gôche du développement du territoire. Son mot le plus célèbre: « Il faut retirer les hauts fourneaux de la tête des sidérurgistes lorrains. »

Après la CFDT, la carrière est juteuse, écrit  Robert Mascarell dans Médiapart en 2013. A relire, pour voir que les moeurs n'ont pas changé. En lien:

Pour l'histoire de la CFDT, en 1964, elle se crée en quittant la CFTC, jugeant cette confédération bien trop alliée à l'Eglise catholique. S'ensuit entre la CFDT et la CFTC une longue bataille juridique pour la possession du sigle, des biens et des locaux. En fin de compte, ça se soldera par une conciliation à l'amiable, hors des tribunaux. Déjà un signe...

Le temps d'un matin, la CFDT fut pour l'autogestion des entreprises par les travailleurs.

Le temps d'un matin, parce qu'elle opèra très vite un recentrage pour être l'un des partenaires sociaux du patronat.

Comme le furent nombre de gauchistes purs et durs, qui virèrent leur cutie, en adhérant au parti socialiste pour gérer loyalement les affaires du capitalisme: Lionel Jospin, patron du PS et premier ministre ou Jean-Christphe Cambadélis, actuel patron des socialistes. Ce ne sont là que deux exemples.

Bref, la CFDT n'a pas besoin de frapper à la porte du gouvernement pour avoir table ouverte, elle est déjà à table.

Commenter cet article

savignien 07/03/2016 13:27

He oui il n'y a pas que l'argent de la formation permanente qui "achète" la paix sociale, la certitude d'être recaser après un passage dans les hautes instances des fédérations syndicales aussi! COMPROMIS = RECASAGE ASSURE!!!!