Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

En avant pour la lutte finale, groupons-nous et demain

Oui, la lutte finale... Bien sûr, ce n'est pour l'instant qu'une utopie et mon expérience syndicale sait, qu'au-dela des y-a qu'à ou des il faut qu'on, la grève générale ne s'active pas en appuyant sur un bouton. Pour autant, dans la préparation de notre congrès confédéral de la CGT et face aux injustices actées par les tribunaux et le gouvernement contre des syndicalistes, je fais mienne l'adresse de la CGT Energie de Paris:

À nos Frères de Lutte, à nos Camarades,

à nos Compagnons de Classe.


Le syndicat CGT Energie Paris tenait à s’adresser à nos 8 camarades, dont le procès politique a rendu un verdict inique, injuste, scandaleux et révoltant le 12 janvier en condamnant des syndicalistes à 9 mois de prison ferme pour avoir lutter pour leur droit de travailleur et la survie économique d’une région.
Cette décision « d’injustice de classe », nous le clamons haut et fort, n’a pas été rendu au nom du peuple français, pas au nom des millions de travailleurs et de chômeurs de ce pays.
Cette décision portée par le procureur de la république représentant de l’état, est dans la droite ligne de la politique gouvernementale, totalement inféodée aux volontés patronales et de la classe dirigeante de ce pays.
Alors même que François Hollande a foulé aux pieds toutes ses promesses de campagne insultant la démocratie et les millions d’électeurs qui l’ont porté au pouvoir, c’est au nom de ce gouvernement illégitime que cette décision, qui ne l’est pas moins, vous condamne et nous salit toutes et tous en tant que travailleurs, syndicalistes et militants.
Sachez qu’au-delà du sentiment d’injustice immense que vous devez ressentir et que nous ressentons, nous réaffirmons la totale légitimité de votre action, la totale légitimité de votre combat pendant ces 7 années de lutte.
Vous êtes l’honneur et la fierté de ce pays, sans votre combat collectif et citoyen, des actes désespérés auraient nécessairement été commis dans un tel contexte de désespérance sociale.
Rappelons que les seuls voyous sont du côté du patronat et du capital qui brisent chaque jour des centaines de vie de salariés dans notre pays.
En effet, une étude de l’INSERM dont personne ne parle et qui est tombée en janvier 2015 pendant la première vague d’attentat à Paris, révèle que le chômage tue 14 000 personnes en France chaque année, soit deux fois plus que les accidents de la route.
Est-ce que les responsables politiques et le patronat ont eu à répondre à un seul moment de leurs actes face à la monstruosité de ce chiffre ? Jamais…
Sur les 1173 salariés jetés sur le pavé par GOODYEAR, combien de familles brisées, combien de divorces, combien de suicides, combien d’enfants qui verront leurs parents en larmes, brisés par ce drame ? Un chômeur créé par le capital c’est une famille qu’on assassine.
Alors oui, lors de ce mouvement de lutte vous étiez en état de légitime défense sociale comme les camarades d’AIR France, et c’est aujourd’hui toute la CGT qui doit rentrer en état d’urgence sociale.
Face à la guerre sociale que nous mène le patronat, la classe ouvrière sous l’impulsion de la CGT doit se mobiliser massivement et durablement en coordonnant véritablement les luttes.

C’est pourquoi nous appelons à une manifestation nationale à Amiens dans les prochaines semaines pour venir vous soutenir et exiger votre relaxe.
Sans justice sociale la démocratie n’est qu’un mot.
Chers camarades, merci pour votre combat et à bientôt dans la lutte et dans la rue !


Paris, 13 janvier 2016

Commenter cet article