Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voilà, c'est fait, l'avocate d'affaires du cabinet américain Baker & McKenzie, ex-ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, renvoyée devant la Cour de justice de la République dans l'affaire de l'arbitrage Tapie, a déposé ce vendredi 22 janvier sa candidature pour une deuxième mandat à la tête du FMI. Et le palais de l'Elysée, par la voix de Laurent Fabius, ministre des affaires extérieures du patronat a confirmé qu'elle aurait l'appui du gouvernement.

Ah, cette finance que le candidat socialo à la présidence de la République allait combattre... Et cet état de droit dont les hors-sol nous rabachent les oreilles, foulé une fois de plus aux pieds.

En briguant un second mandat, en ayant l'appui de son pays et des USA, Christine Lagarde s'assure une bonne protection dans le scandale Tapie pour lequel elle a joué un certain rôle en tant que ministre des Finances de Nicolas Sarkozy, lui dit le revenant aussi blanc que neige.

Avant Christine Lagarde à la tête du FMI, il y avait Dominique Strauss-Kahn, encarté chez les socialos. Oui, toujours et encore blanc bonnet et bonnet blanc.

Vous ne le croyez toujours pas?

Si on oublie Emmanuel Macron, banquier d'affaires chez Rothschild devenu ministre, Laurence Boone et Sandrine Duchêne, deux jeunes femmes de la haute administration française, l'une conseillère en économie de l'Elysée, l'autre directrice adjointe du Trésor public, se sont faites embaucher chez AXA: Laurence Boone comme économiste en chef et Sandrine Duchêne comme directrice des affaires publiques.

Allez, une affiche, mais pas que pour en rire...

Christine Lagarde, de la sarkosyland, brigue un 2e mandat comme patronne du FMI

Commenter cet article