Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

On le sait, dans notre état de droit, l'état d'urgence a été instauré pour nous protéger. La preuve, son extension jusqu'en février 2016 a été avalisée par tous les partis politiques présents au Parlement. Du coup, Joël Domenjoud, 33 ans, est assigné à résidence depuis jeudi dernier, sans être de près ou de loin assimilé à un islamo-fasciste.

Tout a commencé pour lui il y a une semaine. Boum badaboum, convocation au commissariat de Malakoff. Signature d'un document en 4 exemplaires qui lui signifie illico presto son assignation à résidence, parce susceptible de produire "des troubles graves à l'ordre public". Breuh...

Et donc, depuis jeudi dernier, obligation de pointer au commissariat 3 fois par jour: 9h, 13h et 19h 30. Et attention d'être à l'heure pétante qu'ils lui ont dit les forces républicaines de l'ordre. Interdiction aussi de sortir de chez lui de 20h à 6h du matin. Sinon, on vient le cueillir et il est susceptible d'être poursuivi pour "violation à l'état d'urgence": 6 mois de taule et 7 500 euros d'amende à la clé (de prison).

Joël Domenjoud est-il fiché S? Il ne le sait pas, secret sécurité intérieure oblige. En tout cas, il n'est pas un islamo-fasciste. Tout simplement, il se trouve être membre de l'équipe juridique de la Coalition climat, une assoc écologiste qui lutte contre le capitalisme, sans chercher à glaner des places dans un ministère ou au Parlement.

Et comme le grand barnum de la COP 21 capitaliste s'installe au Bourget jusqu'au 13 décembre 2015, Joël Domenjoud est assigné à résidence jusqu'à cette date.

"Liberté , liberté chérie, combat avec tes défenseurs",  qu'ils ont chanté au Parlement ceux qui ont voté l'extension de l'état d'urgence libre et non faussé.

Résumé d'après un article de l'Humanité de ce jour, le journal de Pierre Laurent, patron du PC d'aujourd'hui, celui qui a approuvé l'état d'urgence. Cherchez l'erreur.

Moi, Joël, assigné à résidence et banni de la République

Fiche S de l'époque pour une Tsigane assignée à résidence dont le teint était bronzé

Commenter cet article