Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'Assemblée nationale vote la loi sécuritaire de François Hollande: Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme

Tous les groupes politiques à l'Assemblée nationale ont voté le prolongement de l'état d'urgence jusqu'au 3 février 2016 et les modifications concernant la loi de 1955  encadrant ce régime d'exeption.

Alors que "contrairement à ce qui est affirmé par les tenants d’un virage néoconservateur, nous disposons d’un arsenal judiciaire et répressif très dense, révisé plus de 11 fois en 10 ans", dixit Pouria Amirshahi, député PS, qui a voté contre. Avec lui, 2 autres députés PS: Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun.

3 députés écologistes ont également voté contre: Sergio Coronado, Noël Mamère et Isabelle Attard.

 

Pouria Amirshahi, dans Le Monde, avait justifié son vote:

"C’est dans la précipitation que les législateurs vont délibérer d’une restriction sévère de nos libertés publiques, de nos loisirs et sorties, de nos manifestations de solidarité, de notre droit à nous réunir. [...] Celles et ceux qui assument que les libertés puissent (ou doivent) passer au second plan d’une sécurité première ont le mérite de la cohérence. Vieux débat qui traverse la France depuis 1789. Mais pour celles et ceux qui, nombreux dans les paroles, ont affirmé avec force que la démocratie ne gagnera qu’en étant elle-même, en ne rognant pas un pouce de droit ni de liberté, il y a une grave contradiction à défendre aujourd’hui l’inverse dans la Loi. [...] Pas une démocratie moderne ne modifie ses règles les plus précieuses en période où prime la possibilité de dérogation à ces mêmes règles. Sans même entrer dans le contenu des modifications envisagées, dont certaines sont la reprise des vieilles revendications du bloc réactionnaire [...], on ne saurait, en pleine conscience républicaine, accepter de procéder à ces modifications substantielles de droit fondamental en pleine application d’une loi d’exception."

 

En lien, l'analyse du vote par les députés:

Commenter cet article