Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

C'était David Pujadas, depuis le gymnase Maurice-Baquet à Saint-Denis, pour France 2

Non, vous ne verrez jamais le seigneur du journal télévisé de la téloche publique interviewer le peuple de France, celui du vrai monde du travail. Ce n'est pas dans son standing.

Aussi, laissez-moi vous dire ceci: Après le raid qui a annihilé un attentat islamo-fasciste, l'immeuble, qui logeait temporairement ces barbares grâce à un marchand de sommeil, a été quasiment détruit et les familles, elles locataires, en furent expulsées. Elles sont casernées depuis dans un gymnase, un peu dans le genre de la dite Jungle de Calais.

Depuis le 13 novembre, 55 adultes et 22 enfants se sont retrouvés à la rue. Elles sont dans un gymnase sur des lits de camp. Des couvertures de survie trônent au milieu des cages de football. Une situation précaire qui dure, malgré l'aide morale et matérielle de la Croix Rouge. Mais pas celle de l'Etat.

Habituellement, lors d'une catastrophe, il est de bon ton que les hors-sol, qui régentent la France, se déplacent pour se montrer à la téloche. Cela rassure que des hommes et des femmes, dans des déclarations fracassantes, proclament qu'ils vont tout faire devant une détresse humaine.

A Saint-Denis, rien de tout ça. Pas même le préfet, grand commis du gouvernement, ne s'est pointé. Et donc, 77 pauvres gens du petit peuple n'ont que leurs yeux pour pleurer, abandonnés dans le tréfonds de leur détresse humaine.

Manu Militari Valls a reçu une missive de la mairie de Sant-Denis ce vendredi. Une réunion est enfin prévue ce lundi matin à 8h30 en préfecture de Bobigny pour tenter de trouver une solution de relogement pérenne.

Pendant ce temps, madame la ministre du Logement roupille sous les ors de la République. Indifférente. Un peu comme Marie-Antoinette disait des Parisiens qui se plaignaient de ne plus avoir de pain en 1789: "Qu'ils mangent donc de la brioche!"

Commenter cet article

Aline 23/11/2015 09:17

Comme tu as raison, ces pauvres familles sont ce que nomment tranquillement nos Nantis des perchoirs des dommages collatéraux, et puis les images de personnes hébergées dans des gymnases sont choses courantes en France (intempéries, gros accidents....), la mort du malheureux chien policier,elle, elle a fait le buzz, et puis ces politiques qui défilent devant le Bataclan que cela en devient presque indécent, car ce matin en allumant le poste, je vois J. M. Le Guen qui dit "voter aux élections régionales c'est lutter contre le terrorisme de Daesh"!! si ce n'est pas de la récupération ça!! je n'irai toujours pas dans ce sens, je suis encore une femme libérée. Aline