Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

COP21 ça s'appelle et François de l'Elysée se félicite urbi et orbi qu'elle se tienne à une coudée de son palais. C'est bon pour son image internationale et les écolos politiciens pourront intégrer son gouvernement.

25 000 délégués sont attendus et 195 pays tenteront de parvenir à un accord pour limiter à 2° C le réchauffement climatique par rapport à l’ère préindustrielle. Ce n'est pas gagné lorsqu'on sait que les USA se sont engagés dans l'exploitation du gaz de schiste et de forer la banquise immaculée, ou que l'Allemagne réduit sa production nucléaire pour l'exploitation de centrales à charbon.

COP21 va aussi coûter bonbon: 170 millions d'euros payés par la France, c'est à dire par vous et moi. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères du capitalisme français, a communiqué que 20% des dépenses seront financés par des entreprises "amies du climat".

Et parmi celles-ci figurent entre autres Renault qui fait tout pour la pollution, EDF et Engie (ex-GDF) qui investissent massivement dans le charbon à l'étranger, ou bien BNP Paribas première banque française en termes de financement de projets d’énergie fossile.

Cela a fait bondir des associations environnementales, telles que Les Amis de la Terre, Attac France, le Corporate Europe Observatory, WECF, Oxfam, etc. Elles accusent: « Energéticiens fossiles et fissiles, compagnie aérienne, constructeurs automobiles : la liste des mécènes de la 21e Conférence de l’ONU sur le climat (…) comprend des multinationales françaises qui ne sont pas compatibles avec le climat ». Elles redoutent que « les négociations se retrouvent aux mains des pollueurs ».

J'ai fouillé sur la toile pour y dénicher un communiqué d'Europe-écologie-les Verts. Pas trouvé sur ce sujet. Peut-être à cause que les parlementaires écolos vont voter prochainement la loi de François de l'Elysée sur la transition écologique. Non?

C'est vrai que ce parti dit écologique avait voté la casse du rail public...

La conférence internationale sur le climat, à Paris, financée par des champions de la pollution

Commenter cet article