Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Depuis la chute de plus en plus probable du parrain qui orchestrait le foot-fric mondial, avec l'assentiment, faut-il le rappeler, de la dite communauté internationale, un chevalier blanc est appelé pour le remplacer: Michel Platini, patron de l'UEFA.

Même Noël Le Graët, patron de la boutique française de foot, supporter il y a peu de don Corléone façon FIFA, y va de ses trémomos. Le hors-sol que François de l'Elysée a adoubé aux sports, qui n'avait dit mot à la réélection de Sepp Blatter, entonne aussi que Michel Platini est l'homme qu'il nous faut, oh, oh, oh...

Le Monde du 3 juin 2015 nous délivre autre chose. Extraits:

La puissante confédération, qui a choisi d'attribuer l'Euro 2016 à la France, bénéfice de conditions d'accueil dans l'Hexagone pour le moins avantageuses. Alors que l'UEFA prévoit, avec cette compétition, des recettes de l'ordre de deux milliards d'euros, elle ne devrait quasiment pas payer d'impôts.

La société, Euro 2016 SAS, détenue à 95 % par l'UEFA et à 5 % par la Fédération française de football, a été créée pour promouvoir l'événement et commercialiser ses droits (marketing, retransmissions télévisées, billetterie...). Euro 2016 SAS, à la tête de laquelle figure Jacques Lambert, un proche de M. Platini, bénéficiera d'un important cadeau fiscal, grâce à une récente loi qui prévoit désormais d'exonérer fiscalement les structures chargées de l'organisation en France d'une compétition sportive internationale. (...)

Après la Coupe du monde en France, Michel Platini devient conseiller spécial d'un certain Sepp Blatter, lors de la première élection du Suisse au poste de président de la FIFA. Aux côtés de cet animal politique que l'on croyait insubmersible, il se forme aux rouages du pouvoir footballistique.

C'est Blatter en personne qui favorise son accession à la présidence de l'UEFA en 2007, face à l'expérimenté président en place, le Suédois Lennart Johansson, en place depuis 1990. (...)

Réélu depuis deux fois, en 2011 et en 2015 à la tête de l'UEFA, à chaque fois par « acclamation », faute de concurrence, Michel Platini n'a pas grand-chose à envier en matière de sens politique à son ancien mentor Sepp Blatter.

Membre du comité exécutif de la FIFA depuis 2002, Michel Platini est l'un des 28 dirigeants de la Fédération internationale qui ont reçu sans broncher une montre de luxe de 20 000 euros offerte par la Fédération brésilienne lors de la dernière Coupe du monde.

« Moi, les cadeaux je ne les rends pas, avait alors réagi M. Platini après la révélation de l'affaire. Je vais demander la valeur exacte de la montre et je vais donner la valeur de cette montre à une association, je vous dirai à qui je donnerai cet argent. » (...)

  • Le Qatar, le caillou dans la chaussure du président

(...) Les relations de l'homme fort de l'UEFA avec le Qatar posent également question. Sepp Blatter ne s'était d'ailleurs pas privé d'en jouer lorsqu'une candidature concurrente du Français à la FIFA était dans l'air. Le Suisse avait alors rappelé la tenue d'un déjeuner en 2010, une semaine avant le vote pour le Mondial 2022, entre le président Nicolas Sarkozy, l'émir et le premier ministre du Qatar, et Michel Platini.

Le président de l'UEFA a bien reconnu avoir voté pour la candidature victorieuse de l'émirat mais il s'est défendu dans un communiqué, assurant avoir « fait [s]on choix en toute indépendance, en suivant une logique simple qui est celle qu'[il] prône depuis toujours : l'ouverture à des pays qui n'ont encore jamais organisé de grands événements sportifs. » Il a par ailleurs réfuté toute demande de M. Sarkozy en faveur du Qatar : « Le président Sarkozy ne se serait jamais permis de me demander de voter pour Qatar 2022 car il sait que je suis un homme libre. »

Autre fait troublant, le fils de Michel Platini, Laurent, a intégré en janvier 2012 la direction juridique de QSI, le fonds d'investissement qatari qui a racheté le PSG en 2011.

En lien l'article du Monde qui semble avoir disparu des écrans radar...

Allez Platini, allez Platini, allez...

Commenter cet article