Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

- Votre Majesté, c'est gentil de me recevoir en votre palais pour répondre à mes questions.

- C'est normal, en ce moment David Pujadas a rendez-vous chez son coiffeur et la Cour est à court de cirage pour mes royales godasses.

- Par rapport à la loi Famille que votre ministre Dominique Bertinotti avait l'intention de présenter au Parlement...

- Où ça?

- Au Parlement, votre extrême grandeur. Ce sont deux assemblées où siège une majorité de vos sujets membres du parti à la rose.

- Première nouvelle, si cela existait, mon chef de la Police, Manuel Valls, m'en aurait tenu informé. Non, l'Etat c'est moi, comme disait mon ancêtre Louis XIV avec qui j'ai d'énormes similitudes dans ma façon de me foutre du monde. Un point c'est tout. Mais vous disiez une loi de madame Bertinotti? Qui est-ce cette dame?

- Votre chambellan chargée de la Famille dans votre conseil du royaume...

Là, François II me coupe avec un geste de dédain.

- Peut-être, je ne m'en souviens plus. Mais c'était sans doute pour plaire lorsque je me suis assis sur le trône de France. J'ai donc distribué des hochets ici ou là. Mais l'Etat, c'est moi et un point c'est tout.

J'ai pris mon courage à deux mains, pour m'agenouiller, tête baissée, j'avais vu ça dans l'histoire des rois de France qu'on apprend à l'école, ou alors à la téloche chez Pujadas, pour  souffler:

- Que votre révérendissime lumière excuse les propos de celui qui ne sait pas, mais David Assouline, à propos de la manif des réacs dimamche dans Paris, disait: « Ce qui s’est exprimé hier, c’est une vision très rétrograde de la famille. Or, justement, ce qui est envisagé par le gouvernement, c’est une loi sur les familles parce qu’il n’y a plus de modèle unique et traditionnel de la famille, il y a des modèles. Comme la société a bougé sur ces questions et que le droit n’a pas suivi, il faut, par exemple, sur les questions du statut des beaux-parents – et ça concerne du monde – avoir des réponses. »

- Vous m'ennuyez à la fin. Vous me parlez encore d'un manant dont je ne connais ni le titre ni le nom!

- Monsieur David Assouline est pourtant sénateur et porte-parole du parti à la rose...

- Suffit, vous-dis-je ou je vous fait embarquer derechef dans un car pour la Roumanie. Et puis je dois téléphoner à sa sainteté le pape. J'ai oublié chez lui le livre de ses recommandations divines qu'il m'avait offert. Dernièrement, j'étais allé le voir à confesse et ses saintes paroles m'avaient ouvert le coeur, justement à propos de la famille.

- Et madame Dominique Bertinotti, que votre majesté vient de désavouer urbi et orbi? La garderez-vous dans votre conseil du royaume.

- Oh, elle ou un autre. Aucun ne sert à rien de toute façon. Dites-le à vos lecteurs: L'Etat c'est moi et après moi le déluge, comme a dit Louis le XVe du nom que je vénère également. D'ailleurs, je vais de ce pas en parler à mon premier chambellan, Ayraul de Nantes et de ND des Landes. Qu'il ponde une ordonnance que je parapherai me nommant Louis au lieu de François. Mais pas Louis avec un numéro, non, je me vois bien Louis d'or.

Commenter cet article

sorcière and co 04/02/2014 20:11

excellente fiction, excellente interview, malheureusement, le hun et consort ( sa cour en particulier) n'entendent rien trop obnubilés par leur croisade anti france et anti peuple
ces gens ne sont sensibles qu'à l'appel du medef

caroleone 04/02/2014 13:03

Comme le dis la canaille tu es en forme : trop fort !!
Je te le pique derechef et pis, plus de courbettes devant sa majesté nandidiou.

Amitiés de caro

canaille le rouge 04/02/2014 08:48

Ben dis donc, tu tiens la forme. je te le pique sans toucher une virgule excellent.